Budget à La Tuque: la parole aux citoyens

Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) La Ville de La Tuque a tenu une soirée de consultation citoyenne en lien avec la préparation du budget 2016 de la municipalité. Une quarantaine de contribuables se sont déplacés dans la salle du conseil au centre social municipal, mercredi.

La soirée a permis à la Ville de renseigner les citoyens sur les enjeux liés à la préparation du budget de la Ville de La Tuque et sur les choix que les élus auront à faire. Le directeur général a d'abord présenté en bref l'état général de la ville, de ses dépenses et de ses revenus. 

Puis, la Ville a donné la chance aux contribuables de se faire entendre à la fin de la rencontre. Cette réunion était importante pour la Ville qui voulait donner l'heure juste aux citoyens.

«Je pense qu'on a éclairé beaucoup de monde», a souligné le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

La Ville a également soumis aux citoyens les pistes de solution qu'ils ont élaborées dans un contexte de compressions budgétaires.

Les élus ont, entre autres, proposé de souffler la neige sur les terrains pour économiser 100 000 $, de faire le lignage des rues aux deux ans, de réduire l'entretien des parcs, d'avoir un délai plus long pour l'émission des permis, de réduire le soutien aux organismes, d'ajouter une tarification pour le prêt de chapiteaux de la municipalité et des tables à pique-nique, etc.

Ce ne sont toutefois pas ces orientations qui ont retenu l'attention et qui ont fait l'objet des commentaires. La flotte de véhicules de la Ville et le déneigement semblent déranger les contribuables.

«Il y a des centaines de milliers de dollars à aller chercher là. Il faut couper là bien avant de couper le ski», a lancé un citoyen qui soutient que la Ville possède trop de véhicules.

Le dossier de la rivière Saint-Maurice a aussi été critiqué et même jugé superficiel à certains moments. Les gens ont également fait ressortir leurs inquiétudes vis-à-vis la dette de la Ville.

«Vous êtes mieux placé que moi pour savoir où couper. Il faut couper dans le gras, et on est pas mal certain qu'il y en a», s'est exclamé Michel Veillette. 

D'autres citoyens ont approuvé des choix faits par la Municipalité, notamment le programme sur les insectes piqueurs.

«J'aime mieux payer 50 $ sur mes taxes que dépenser 100 $ d'huile à mouches. [...] Je ne veux pas revenir en arrière», a lancé un citoyen.

D'autres ont également proposé d'aller chercher d'autres revenus avant de couper.

«Ce n'est pas à la Ville de donner un service tout inclus. On pourrait rentabiliser les immobilisations», a mentionné Mélanie Ricard.

La Ville devra maintenant prendre des décisions, peut-être difficiles, pour le prochain budget.

«Il faut trouver des moyens, il manque de l'argent pour compléter le budget. [...] On ne veut pas toucher aux taxes. Maintenant, je me sens plus à l'aise avec certains choix», a mentionné le maire.

La présentation sera disponible sur le site Web de la Ville. Les citoyens pourront continuer d'envoyer leurs suggestions et commentaires via infoservice.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer