Cartes de crédit: veillez à vos intérêts

Festive pour une bonne part d'entre nous, la période des Fêtes peut prêter... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gary Frost

Gary Frost est directeur des services aux consommateurs à l'Office de la protection du consommateur.

Le Nouvelliste

Festive pour une bonne part d'entre nous, la période des Fêtes peut prêter flanc aux achats impulsifs ou influencés par l'émotivité du moment malgré la promesse de se montrer raisonnable et, cette fois, de ne pas se laisser emporter. Pour ce faire, on s'est fixé un budget que l'on compte bien respecter pour s'assurer des lendemains de veilles pas trop pénibles sur le plan des finances personnelles.

Néanmoins il est à prévoir que, transportés par l'atmosphère des Fêtes et le flot des invitations de toutes sortes, les consommateurs, s'engouffrant dans la cohue des retardataires ou naviguant sur les nombreux sites marchands, se mettront à la recherche de l'article qui, à coup sûr, plaira à l'être cher. Quitte à transgresser un tant soit peu leurs résolutions de modération et de responsabilité budgétaire.

Dans ce tableau, l'usage de la carte de crédit fera bien entendu figure d'outil de paiement privilégié par un grand nombre de consommateurs. Un outil des plus pratiques certes, mais qui commandent néanmoins à ses utilisateurs de demeurer vigilants et d'en bien connaître les implications.

Effacer l'ardoise mensuellement

Selon des données récentes tirées d'un sondage mené pour le compte de l'Association des banquiers canadiens (ABC), 60 % des Canadiens paient la totalité du solde de leur carte de crédit chaque mois et pour ces personnes, rappelle-t-elle à bon droit, le taux d'intérêt est égal à zéro.Cela étant dit, la frange de consommateurs qui, pour des raisons diverses, n'arrivent pas à effacer l'ardoise mensuellement demeure importante. Pour ceux-là, la prudence est bonne conseillère.

Paiement minimum: attention

Outre le détail de vos achats du mois, l'état de compte de carte de crédit renferme les informations d'usage telles que la marge de crédit qui vous est consentie, le taux annuel de crédit applicable ainsi que le montant correspondant au paiement minimum requis. Il faut savoir qu'au fil du temps, le paiement minimum requis par les compagniesémettrices de cartes de crédit a graduellement décru de manière importante pour se situergénéralement aujourd'hui autour de 2 % du solde mensuel, parfois moins.

Beaucoup de consommateurs croient, à tort, qu'en versant le minimum requis, ils évitent les intérêts. Or, il n'en est rien. Lorsque le taux de crédit d'une carte se situe par exemple à 18 %, comme c'est souvent le cas, les intérêts continuent de courir, et plus vite qu'on le pense, malgré le paiement du minimum requis.

2000 $ de frais d'intérêt pour un solde de 1000 $

Dans ces conditions par exemple, le consommateur dont le solde de carte de crédit est de1000 $ et qui se limite à ne payer mensuellement que le minimum requis de 2 % mettra près de20 ans à rembourser sa dette (!!)et aura, au terme de cette période de remboursement, acquitté près de2 000$ en frais d'intérêt seulement. Et cela, à condition qu'aucun autre achat ne soit porté au compte pendant toute cette période.

Crédit et LPC

Par ailleurs, la Loi sur la protection du consommateur (LPC) renferme un certain nombre de règles concernant les cartes de crédit lesquelles visent à baliser les rapports qu'entretiennent les compagnies émettrices d'une carte de crédit et les consommateurs :

Une entreprise ne peut émettre ni vous faire parvenir une carte de crédit si vous ne l'avez pas demandé par écrit;

Une entreprise ne peut augmenter la limite de votre crédit, sauf à votre demande expresse;

En cas de perte ou de vol de votre carte de crédit, vous devez en aviser immédiatement l'émetteur. À partir de ce moment, vous ne pouvez être tenu responsable de la dette découlant de l'usage de cette carte par la personne qui l'a trouvée ou volée. Par ailleurs, même si vous avez omis d'aviser la compagnie émettrice de la carte de crédit, votre responsabilité se limite à 50 $.

Pour y voir plus clair

Lorsque l'on se trouve dans des situations difficiles sur le plan des finances personnelles, il faut sans doute remettre en question nos habitudes de consommation de même que la gestion de notre budget. Plusieurs ressources sont offertes aux consommateurs en difficulté à ce chapitre. Par exemple, les associations de consommateurs telles que les Associations coopératives d'économie familiale (ACEF) offrent des ateliers d'information oudes cours sur le budget pouraider les consommateursà mieux se structurer sur le plan des finances personnelles et acquérir des notions importantes pour la prise en main de leurs affaires.

Source: Agence de la consommation en matière financière du Canada

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer