Le Marché Mékinac est en phase de développement

Le Marché Mékinac a connu un bon succès... (Archives)

Agrandir

Le Marché Mékinac a connu un bon succès pour sa saison 2015, et travaille à son expansion pour l'été prochain.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) Malgré le déséquilibre causé par la dissolution du CLD qui le chapeautait, le Marché Mékinac a connu un bon succès pour sa saison 2015, et travaille à son expansion pour l'été prochain.

Quatorze exposants ont étalé leurs produits pendant les quatre jours de marché tenus dans le stationnement de la Chambre de commerce de Saint-Tite, les premiers samedis de juillet, août, septembre et octobre. Une journée de marché au Clos de Sainte-Thècle a aussi été organisée.

C'est d'ailleurs à cet endroit que le premier Marché Mékinac s'est tenu en 2013, sous l'égide du CLD (Centre local de développement) de Mékinac avec la participation de la Ville de Sainte-Thècle, du Pacte rural et d'Aliments du Québec. Treize producteurs étaient présents à cette unique journée où plus de 350 visiteurs se sont présentés.

En 2014, on a testé la formule du marché ambulant en proposant quatre journées de marché, respectivement à Saint-Tite, Sainte-Thècle, Grandes-Piles et Saint-Joseph-de-Mékinac. Huit cents personnes s'étaient déplacées pour découvrir la dizaine de producteurs participants.

Mais voilà qu'entre les étés 2014 et 2015, la structure des CLD fut abolie. «Nous avons alors perdu les intervenants qui nous aidaient. Nous nous sommes retrouvés trois bénévoles pour s'occuper du marché. Nous sommes tous les trois des producteurs maraîchers...», explique la coordonnatrice du marché, Élise Gauthier, en laissant entendre que les activités de la ferme, au printemps et à l'été, n'étaient pas nécessairement compatibles avec une implication extérieure intense.

C'est un peu pour cette raison que Mme Gauthier se désole de ne pouvoir fournir de chiffres de fréquentation des quatre journées de marché de cet été. «Les autres années, nous avions un kiosque de concours où comptabilisions les visiteurs», précise-t-elle. Malgré le fait que le marché ait en quelque sorte été laissé à lui-même pour la saison 2015, des partenaires se sont manifestés pour favoriser sa pérennité et sa structuration.

«La Ville de Saint-Tite nous a approchés pour nous proposer de s'installer dans un site plus champêtre pour l'été prochain, au coin des rues Notre-Dame et Adrien-Bélisle, tout près d'un parc. Nous avons aussi été approchés par le MAPAQ (Agriculture, Pêcheries et Alimentation). Avec le Programme Proximité, nous avons eu une subvention pour la gestion», détaille Mme Gauthier.

Le Marché Mékinac a été reconnu par l'Association des marchés publics du Québec, et est présentement en processus d'enregistrement comme OSBL (organisme sans but lucratif). «L'enregistrement comme OSBL est la suite de cette reconnaissance-là. Nous aurons notre propre numéro d'entreprise, alors qu'auparavant, c'était le CLD qui agissait comme prête-nom».

On annonce déjà huit journées de marché pour 2016, soit un samedi sur deux de la fin de juin au début d'octobre. Le Marché Mékinac s'est fixé comme objectif de réunir 20 exposants, et lance un appel aux producteurs de la MRC qui seraient intéressés à se joindre à l'aventure. Ils peuvent contacter Élise Gauthier à l'adresse courriel marchemekinac@gmail.com.

Dans ses axes de développement qu'ils privilégient, les gestionnaires du marché souhaitent intégrer de l'animation et agencer son décor à la thématique western de la ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer