L'arrivée de Tag.média n'est pas passée inaperçue au Digihub

Yves-François Blanchet, éditeur de Tag.média, travaillait à l'implantation... (François Gervais)

Agrandir

Yves-François Blanchet, éditeur de Tag.média, travaillait à l'implantation de Radio Shawinigan au DigiHub au début de l'année.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Très peu d'entreprises ont choisi d'annoncer publiquement leur intégration au DigiHub au cours de la dernière année, mais l'une d'elles l'a fait en grande pompe, le 25 août. Il s'agit deTag.média, un diffuseur d'information en ligne créé par l'ex-ministre péquiste responsable de la Mauricie, Yves-François Blanchet.

Une cinquantaine de personnes s'étaient alors déplacées pour ce lancement. Or, Tag.média n'aurait sans doute jamais vu le jour au DigiHub si le projet initial d'y transférer les activitésde Radio Shawinigan s'était concrétisé.

Engagé comme consultant pour favoriser la création d'une station numérique au printemps dernier, l'ex-député de Johnson a rencontré de la résistance lorsque le projet s'est orienté vers le DigiHub, un organisme présidé par la conseillère municipale Nancy Déziel... épouse de M. Blanchet. Cet incubateur est situé au deuxième étage de l'ancienne Wabasso, propriété de la Société de développement de Shawinigan, le bras immobilier de la Ville.

Un appel d'offres sur invitation a été organisé à la fin mars pour permettre à d'autres propriétaires de soumissionner.

Finalement, en raison des délais excessivement serrés et des critères assez pointus à rencontrer, aucune proposition n'a été reçue. Inconfortable devant le malaise suscité par un déménagement au Digihub et les coûts engendrés, Radio Shawinigan a finalement décidé d'abandonner ce projet pour concentrer son énergie sur l'augmentation de puissance de son antenne de 250 à 4000 watts, autorisée par le Conseil de radiodiffusion et des télécommunications canadiennes en novembre 2014.

M. Blanchet a alors tourné les talons et décidé de créer un tout nouveau diffuseur de contenu, Tag.média. Il mentionne que la présence de puissants serveurs informatiques et d'un environnement d'affaires intéressant justifient l'implantationde son entreprise au Digihub plutôt que dans n'importe quel local disponible à Shawinigan.

Prêt du CLD

Avant de rendre son dernier souffle en juillet, le Centre local de développement de Shawinigan avait accordé un prêt de35 000 $ à Tag.média. Maintenant responsable de la Division de développement économique à l'hôtel de ville, Luc Arvisais mentionne que ce montant a été alloué sur la base d'une volonté de collaborationavec Radio Shawinigan, puisque le CLD a versé 65 000 $ en prêts et subventions depuis dix ans à cette station.

Il assure qu'il ne voulait surtout pas créer un compétiteur à une entreprise communautaire soutenue par le CLD depuis plusieurs années, dans un marché et un secteur déjà difficiles.

«L'un des aspects était la volonté de Tag.média de travailler en collaboration avec Radio Shawinigan», expliquait M. Arvisais lors du lancement de la nouvelle plate-forme de diffusion, le 25 août. «Pour nous, c'était un aspect important qu'il y ait cette collaboration. Ça a été clairement expliqué au conseil d'administration. Des contenus de Radio Shawinigan pourront être diffusés sur Tag.média.»

Deux mois et demi plus tard, aucune collaboration semblable ne flotte dans l'air, confirme Denis Benoit, directeur général de la station.

«J'aurais bien aimé que le CLD me le dise avant...», laisse-t-il tomber, visiblement guère intéressé par ce partenariat avec Tag.média.

Conflit d'intérêt ?

Existe-t-il un problème du fait que l'entreprise de M. Blanchet soit hébergée par un organisme présidé par sa femme et généreusement subventionné par la Ville de Shawinigan, où Mme Déziel siège comme conseillère?

Michel Nadeau, directeur général de l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques, reconnaît que les circonstances amènent un devoir de transparence.

«A-t-il un statut privilégié parce qu'il est le conjoint de madame ?», questionne-t-il. «Il faut poser la question, savoir comment s'est déroulée l'approbation du projet. Ce n'est pas parce que quelqu'un est conjoint d'une personne qu'il doit être privé de certains avantages offerts à l'ensemble des contribuables, mais ça doit être fait de façon équitable et transparente.»

En tant qu'entreprise en démarrage, Tag.média aurait pu réclamer un tarif de location de 6 $ le pied carré au DigiHub. Lors de l'inauguration officielle, Mme Déziel a mentionné que le nouveau diffuseur payait plutôt 12 $, soit le coût prévu pour les boîtes en développement dans l'espace corporatif. Elle précise qu'elle n'est jamais intervenue dans ce dossier.

«Au quotidien, je compose avec le directeur général du DigiHub et le directeur général du centre d'entrepreneuriat», relatait M. Blanchet à la fin août. «Je n'ai pas d'affaire à la présidente du conseil d'administration. Tout le monde a une extrême sensibilité à ça. Il n'y a pas l'ombre du début d'un avantage particulier pour Tag.média.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer