Le taux d'inoccupation à 6,2 % à Trois-Rivières

Sur le marché des logements d'initiative privée construits pour la location, le... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Sur le marché des logements d'initiative privée construits pour la location, le taux d'inoccupation moyen des appartements a légèrement augmenté dans les 35 grands centres du Canada : il est passé de 2,8 % en octobre 2014 à 3,3 % en octobre 2015. Or, à Trois-Rivières, ce taux était de 6,2 % le mois dernier, comparativement à 5,3 % un an plus tôt.

C'est ce que révèlent les résultats de l'Enquête sur les logements locatifs de l'automne diffusés lundi par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

«La hausse du taux d'inoccupation national s'explique par la baisse du bilan migratoire dans les régions les plus durement éprouvées par la baisse du cours du pétrole ainsi que par une augmentation de l'offre d'appartements construits expressément pour le marché locatif», a déclaré Bob Dugan, économiste en chef de la SCHL.

Dans l'ensemble, le loyer moyen des appartements de deux chambres situés dans les immeubles existants s'est accru de 2,4 % d'octobre 2014 à octobre 2015. Dans l'agglomération trifluvienne, cette hausse n'aura été que de 1,1 %, contre 1,8 % d'octobre 2013 à octobre 2014.

Finalement, dans les immeubles neufs et existants confondus, le loyer moyen des appartements de deux chambres s'élevait à 960 $ en octobre 2015. Or, c'est la région métropolitaine de recensement de Trois-Rivières qui affiche le coût le plus bas parmi les RMR au pays, soit 581 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer