Déjà un recul de 47 % des mises en chantier

Le nombre annuel de mises en chantier d'habitations...

Agrandir

Le nombre annuel de mises en chantier d'habitations accusera un recul important en 2015.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement, le marché de l'habitation tournera au ralenti d'ici 2017 dans la région métropolitaine de recensement de Trois-Rivières. C'est ce qui ressort de son rapport pour le quatrième trimestre de 2015.

Dans sa plus récente édition sur les perspectives triennales, la SCHL révèle que les mises en chantier d'habitations se chiffreront à 500 en 2016 et à 550 en 2017 dans l'agglomération trifluvienne alors que le nombre de ventes Centris® s'élèvera à 1050 en 2016 et à 1000 à 2017.

Le nombre annuel de mises en chantier d'habitations accusera un recul important en 2015 (- 47 %), puis il se stabilisera en 2016. Le nombre d'habitations qui seront mises en chantier au cours des prochaines années représenteront un faible niveau par rapport aux dernières années.

«La présence d'une offre importante de propriétés existantes à vendre et le niveau sensiblement élevé du stock de logements neufs (achevés et invendus) expliqueront le faible rythme de l'activité de construction. De plus, la décélération de la croissance des ménages pèsera d'autant plus lourdement sur le démarrage de nouvelles unités», explique Tania Bourassa-Ochoa, analyste de marché à la SCHL.

En 2017, le rythme de la construction reprendra quelque peu (+10 %). «En 2017, certains projets de plus grande envergure verront le jour, ce qui devrait raffermir quelque peu l'activité», ajoute la spécialiste.

Après avoir atteint un sommet de 1117 l'an dernier, l'activité sur le marché de la revente Centris® sera relativement stable en 2015 et en légère baisse sur le reste de la période prévisionnelle. Les ventes Centris® accuseront des reculs de 4,5 % en 2016 et 5 % en 2017, pour se chiffrer à 1050 et 1000.

«Le rétrécissement du bassin de premiers et deuxièmes acheteurs dans la région expliquera en grande partie le léger ralentissement de l'activité qui sera observé sur le marché de la revente. De plus, la hausse prévue des taux d'intérêt à la fin de l'horizon prévisionnel limitera dans une moindre mesure la capacité d'emprunt, notamment chez les accédants à la propriété», précise Mme Bourassa-Ochoa.

Avec des conditions de marché plus détendues, la croissance du prix moyen Centris® sera faible en 2016 et 2017 (+1,2 % et +0,6 % respectivement). Le prix atteindra alors 168 000 $ en 2017.

Au chapitre du marché locatif, le rythme plus faible de la construction d'appartements à vocation locatives, conjugué à une demande plus soutenue, permettra de resserrer légèrement les conditions de marché. Ainsi, le taux d'inoccupation fléchira à 5,1 % en 2015, 4,8 % en 2016 et 4,6 % en 2017. Le loyer moyen des appartements de deux chambres s'établira à 575 $ cette année, 580 $ en 2016 et 585 $ en 2017.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer