Dynamisme économique en vue en Mauricie

En ce qui concerne le marché de l'habitation,... (Archives)

Agrandir

En ce qui concerne le marché de l'habitation, les mises en chantier et les transactions devraient être en augmentation dans la région pour 2016, «mais de façon modérée».

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À l'instar du Québec, la croissance économique de la Mauricie devrait être plus faible cette année avant de reprendre du mieux l'an prochain grâce au dynamisme de plusieurs industries. Voilà l'une des grandes conclusions des études économiques Desjardins dévoilées mercredi.

«Une nouvelle filière électronique, électrique et écoénergétique se développe, les travaux pour la construction d'un deuxième bâtiment dans le Parc Micro Sciences de Trois-Rivières ont été lancés ce printemps et plusieurs développements sont en cours dans les filières touristique et maritime de la région», énumère-t-on.

Dans le document, on précise qu'un nouveau centre d'innovation devrait voir le jour à Trois-Rivières ainsi qu'un nouvel amphithéâtre. On fait aussi mention qu'à Saint-Tite, le projet de construction d'une usine pour l'extraction de soie végétale pourrait générer jusqu'à 250 emplois à moyen terme.

 «De plus, le Groupe CGI a ouvert au printemps 2015 son cinquième Centre d'excellence au Québec à Shawinigan, ce qui permettra la création de 300 emplois au cours des prochaines années», fait-on valoir.

On y apprend que les perspectives sont également positives pour le marché du travail mauricien. Toutefois, après la forte création d'emplois observée en 2014 (la plus importante en 13 ans), une légère progression est attendue à ce chapitre cette année et l'an prochain. Les taux de chômage de la Mauricie et du Québec devraient baisser en 2015 et 2016.

Le secteur manufacturier devrait bénéficier de l'accélération de l'économie américaine et de l'évolution du huard sous la parité alors que le secteur des services profitera de la hausse du revenu personnel disponible et de la population pour soutenir son expansion

En parallèle, la relance graduelle du secteur forestier, supportée notamment par l'amélioration du marché résidentiel américain, devrait bénéficier aux communautés rurales, dont l'économie est davantage orientée sur l'exploitation des ressources naturelles. «Toutefois, des défis demeurent pour cette industrie, ce qui pourrait avoir pour effet de ralentir momentanément la reprise anticipée», souligne-t-on.

Par exemple, le prix du bois d'oeuvre en Amérique du Nord a fléchi considérablement depuis le début de l'année 2015 alors que le coût de la fibre est élevé en Mauricie, selon certaines entreprises. «Dans ce contexte, des fermetures temporaires d'usines de sciage pourraient survenir», prévient-on tout en soulignant les efforts déployés par la papetière Kruger pour se positionner dans de nouveaux marchés.

Selon Desjardins, la présence du Fonds de diversification économique de 200 millions de dollars continuera également à soutenir l'essor et l'expansion de PME. On note que des mesures pour stimuler l'entrepreneuriat, telles que le partenariat économique Mauricie-Rive Sud, ont été déployées afin de permettre une diversification accrue des sphères d'activité dans la région. 

Si la prépondérance de l'industrie manufacturière en Mauricie est toujours demeurée plus élevée que celle au niveau provincial, et ce, malgré le fléchissement observé, la part du secteur primaire en termes d'emploi est aujourd'hui moins importante que par le passé dans la région et qu'en moyenne au Québec.

«Depuis 1988, l'industrie des services a pris de l'expansion en Mauricie, mais son importance demeure toutefois moindre que ce qui est observé à l'échelle provinciale», précise-t-on.

Par ailleurs, le rythme de l'économie mauricienne devrait demeurer en deçà de celui de la moyenne provinciale en 2015 et 2016. De leur côté, les investissements devraient se maintenir à des niveaux avoisinant la moyenne des cinq dernières années, soit aux alentours de 1,5 milliard de dollars.

L'accroissement démographique en Mauricie sera moins soutenu de 2011 à 2016 comparativement aux cinq années précédentes et il demeurera parmi les plus faibles des régions du Québec. Quant à l'indice de développement économique, qui repose sur la démographie, les revenus, la scolarité et le marché du travail, il a accusé un fort repli entre 2008 et 2013. 

En ce qui concerne le marché de l'habitation, les mises en chantier et les transactions devraient être en augmentation dans la région pour 2016, «mais de façon modérée». Quant à la croissance des investissements en rénovation en Mauricie, elle a été une fois et demie supérieure à celle de la moyenne québécoise de 2010 à 2013. 

Vieillissement de la population, entrepreneuriat et productivité: voilà les principaux enjeux relevés par Desjardins pour la Mauricie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer