Baisse de 3,3 % du prix des maisons à Trois-Rivières

Le marché de Trois-Rivières a connu une baisse... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Le marché de Trois-Rivières a connu une baisse des prix de 3,3 % par rapport au troisième trimestre de l'année précédente.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Selon l'Étude sur le prix des maisons de Royal LePage publiée mercredi, le marché de Trois-Rivières a connu une baisse des prix de 3,3 % par rapport au troisième trimestre de l'année précédente. Et l'inquiétude des consommateurs expliquerait les soubresauts du marché immobilier.

«Les acheteurs semblent inquiets par rapport aux difficultés qu'a connues Trois-Rivières ces dernières années, soit des pertes d'emplois dans le domaine manufacturier et énergétique, des compressions budgétaires, notamment celles de l'UQTR, et le dossier de la pyrite et de la pyrrhotite. Ces facteurs combinés ont contribué à une diminution des ventes immobilières», soutier Daniel Boisvert, courtier immobilier, Royal LePage Mauricie. «Le marché devrait toutefois reprendre d'ici les 18 prochains mois», s'empresse-t-il d'ajouter.

Donc, le prix médian pour l'agrégat des différents types de maisons dans la région de Trois-Rivières est de 165 165 $. Par ailleurs, on observe une stabilité au niveau des ventes de maisons plain-pied, mais une importante diminution des ventes de maisons à deux étages, «que l'on pourrait attribuer en partie à la population vieillissante qui se tourne davantage vers le marché du condo», précise-t-on.

L'Étude révèle que le prix des maisons à deux étages a connu une forte baisse, avec une décroissance sur douze mois de 7,3 %, passant à 181 124 $. Le prix des maisons individuelles de plain-pied a connu une baisse modérée de 1,9 % et se situe désormais à 160 672 $.

Les ventes des maisons de plain-pied ont augmenté de 2,3 %, tandis que les ventes de maisons à deux étages ont connu une diminution de 48,8 %. Quant aux ventes d'appartements en copropriété, elles ont augmenté de 7,1 %.

«Dans l'ensemble, il s'agit d'un marché d'acheteurs, mis à part le marché du plain-pied que l'on qualifierait d'équilibré», souligne M. Boisvert. En moyenne, une maison unifamiliale demeure sur le marché pendant 105 jours, comparativement à 151 jours pour les appartements en copropriété.

«La tenue de nombreuses élections ces dernières années, tant sur le plan municipal que provincial que fédéral, a probablement eu un impact sur le ralentissement de l'immobilier ici. Les promesses électorales tardent parfois à se matérialiser. Heureusement, plusieurs projets porteurs comme le développement résidentiel du District 55, la construction du Centre d'Innovation dans le Parc Micro Sciences, la création de l'Amphithéâtre Cogeco et de nombreux projets d'investissement à Bécancour, nous indiquent que Trois-Rivières est en voie de reprendre son essor économique», croit-il.

Baisse des transactions

Pour sa part, selon la base de données provinciale Centris, la Chambre immobilière de la Mauricie rapporte une baisse du nombre de transactions sur le marché immobilier résidentiel trifluvien. Ainsi, avec 210 ventes réalisées au troisième trimestre de 2015, le nombre de transactions s'est replié de 13 % par rapport à la même période en 2014.

«Il faut rappeler qu'au cours du troisième trimestre de l'an dernier, les ventes avaient bondi de 16 % et atteint un sommet pour cette période de l'année», fait remarquer Lise Girardeau, directrice générale de la Chambre immobilière de la Mauricie et porte-parole de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) pour la région de Trois-Rivières. «L'activité est simplementrevenue à un niveau similaire à ce que l'on a connu pour la période de juillet à septembre au cours des années 2011 à 2013», a-t-elle renchéri.

Baisse des ventes d'unifamiliales et de plex, de 13 % et de 19 % respectivement, 17 copropriétés vendues, soit le même nombre que lors du troisième trimestre de 2014, seulement deux secteurs ont connu une croissance, soit Trois-Rivières (+15 %) et Cap-de-la-Madeleine (+3 %), recul de 3 % du prix médian des unifamiliales qui s'est fixé à 148 750 $, progression de 7 % du prix médian des plex qui a atteint 160 500 $: voilà les principales statistiques du troisième trimestre de 2015, comparées à la même période en 2014.

Du côté des inscriptions, on note une hausse de 5 % du nombre de propriétés résidentielles à vendre, avec en moyenne 939 inscriptions en vigueur à l'échelle de la région métropolitaine de recensement. Il s'agit d'une 10e augmentation trimestrielle consécutive de l'offre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer