La nouvelle application mobile Toastzr voit le jour à shawinigan

Dans l'ordre habituel, on retrouve Pierre Giguère, député... (Photo: Marc Rochette, Le Nouvelliste)

Agrandir

Dans l'ordre habituel, on retrouve Pierre Giguère, député de Saint-Maurice, Michel Angers, maire de Shawinigan, Pidjouma Traoré, directeur général de Toastzr, et Nancy Déziel, présidente de Digihub Shawinigan.

Photo: Marc Rochette, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Prendre un bon repas pour une bonne cause. Voilà le principe derrière l'application Toastzr.com qui sera bientôt mise en ligne, à partir du Digihub Shawinigan.

Pour démontrer la pertinence de ce projet d'innovation sociale, le directeur général Pidjouma Traoré s'est basé sur le cas de la Tablée populaire, un organisme communautaire de Shawinigan qui ne pouvait plus pleinement assumer sa mission, faute de moyens financiers.

Selon lui, Toastzr aurait permis de mobiliser le milieu autour d'une campagne intitulée, par exemple, Sauvons la Tablée populaire. D'abord, après s'être inscrite comme Organisme, la Tablée populaire pouvait afficher sa campagne sur sa page-profil. Ensuite, les restaurants participants auraient créé des pages-profils d'Hôte. Enfin, les consommateurs branchés que sont, d'une part, des citoyens et visiteurs de Shawinigan et, d'autre part, des institutions et entreprises, auraient tous créé des pages-profils d'Invité.

Dès lors, les utilisateurs (Organisme, Hôte et Invité) pouvaient effectuer des opérations. Les Hôtes (restaurants) auraient affiché les contributions qu'ils désiraient faire en émettant des Bons de repas. Lorsque les Invités (citoyens, entreprises et institutions) allaient honorer leurs repas avec des Bons de repas achetés, ces Bons auraient automatiquement assuré des dons à la Tablée populaire.

«Je propose tout simplement un nouveau partenariat philanthropique pour contribuer à développer une culture dans ce domaine au Québec», a expliqué M. Traoré, qui a évoqué un manque à gagner de quelque 500 millions de dollars au secteur de la philanthropie du Québec, entre 2008 et 2014.

À son avis, l'enjeu est donc d'assurer des ressources complémentaires ou manquantes à divers organismes d'intervention sociale, comme la Tablée populaire, afin que ces organismes continuent d'assumer leur mission et d'offrir de meilleurs services à leurs collectivités ou bénéficiaires.

Visiblement enthousiaste, le maire de Shawinigan, Michel Angers, se réjouit qu'il s'agisse d'un projet d'économie sociale qui favorise, de surcroît, l'intégration de communautés culturelles.

«Il y a trois ans, ce qu'on imaginait, c'est probablement un peu ça, un lieu d'apprentissage et de création pour de jeunes entreprises qui avaient de bonnes idées», a-t-il lancé par rapport au Digihub. «Je suis privilégiée d'assister à la naissance d'une entreprise chez nous», a d'ailleurs renchéri la présidente, Nancy Déziel.

Octobre servira donc à roder l'application avec un échantillon de restaurants, organismes et consommateurs pré-inscrits. Et Toastzr sera accessible au grand public vers le début novembre, après la campagne de socio-financement actuellement en cours sur la plateforme internationale Indiegogo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer