Nouvelle ère pour Kruger

Le président du Conseil et chef de la... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le président du Conseil et chef de la direction de la société Kruger, Joseph Kruger II, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean-Denis Girard, lors de l'annonce des investissements à l'usine Kruger de Trois-Rivières.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «Vous avez compris qu'il fallait sauver cette usine. C'est une nouvelle ère pour Kruger Trois-Rivières.»

Dans l'ordre habituel, on retrouve le ministre des... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Dans l'ordre habituel, on retrouve le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, le président du Conseil et chef de la direction de la société Kruger, Joseph Kruger II, et le ministre responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Voilà comment le président et chef de la direction de la société Kruger, Joseph Kruger II, a remercié Philippe Couillard pour l'appui de son gouvernement, à hauteur de 190 millions de dollars, dans son projet de 250 millions de dollars lui permettant de passer du papier au carton.

«C'est un grand jour pour les 270 employés et l'ensemble de l'industrie forestière», a d'ailleurs lancé le premier ministre du Québec devant un parterre d'invités et de travailleurs.

L'aide provinciale se traduit par un prêt de 84 millions de dollars pour financer les coûts de conversion de la machine, ainsi qu'une prise de participation de 106 millions de dollars, par l'entremise d'Investissement Québec, au capital d'une nouvelle entreprise regroupant toutes les activités du secteur Carton et emballages de Kruger.

En vertu de cet investissement, le gouvernement du Québec sera partenaire et détiendra 25 % de cette nouvelle entreprise qui compte plus de 600 millions $ d'actifs, tandis que 800 emplois, dont plus de 620 au Québec, seront consolidés.

Interrogé au sujet de cette forte contribution de l'État, M. Couillard a dit le faire pour les travailleurs. «C'est la survie de tous ces emplois-là qui étaient en jeu. Le vrai risque, c'est dans l'inaction. Et Kruger se distingue par son goût d'innover», a-t-il répondu.

«Notre gouvernement prend part à ce projet d'envergure à titre de partenaire d'affaires. Nous voulons soutenir des initiatives qui permettront de maintenir et de créer des emplois dans toutes nos régions, tout en récoltant les bénéfices qui y seront associés. Nous voulons accroître ces types de partenariats parce qu'ils sont à l'avantage des travailleurs, de nos entrepreneurs, de nos régions et dans l'intérêt de la population québécoise», renchérit le PM, accompagné des ministres Laurent Lessard et Jean-Denis Girard.

Au cours des 20 prochains mois, la machine à papier journal no 10 sera entièrement modernisée pour y intégrer des technologies parmi les plus avancées dans le domaine de la fabrication du carton. Lors de sa mise en service en 2017, elle fabriquera annuellement 360 000 tonnes métriques de carton doublure haut de gamme 100 % recyclé. Une portion de la production sera vendue aux usines de boîtes d'Emballages Kruger situées à Montréal (arrondissement LaSalle) et à Brampton (Ontario), tandis que le reste de la production sera écoulé dans le marché.

Selon les hauts dirigeants, la nouvelle catégorie de carton qui sera produite à Trois-Rivières connaît une forte croissance en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde puisque les fabricants d'emballages cherchent à fabriquer des produits toujours plus légers et plus performants.

L'usine de Trois-Rivières continuera à produire du papier journal sur la machine à papier numéro 10 jusqu'à deux mois avant la fin du projet de conversion. Parallèlement à cela, la production de papier journal sera maintenue sur l'autre ligne de production de Trois-Rivières, la machine à papier numéro 7. Au total, les trois établissements de la société Kruger qui fabriquent du papier journal auront une production annuelle combinée de 600 000 tonnes métriques, permettant à l'entreprise de conserver son rang parmi les plus importants producteurs de papier journal en Amérique du Nord. 

«On a toutes les raisons de célébrer car on vient d'assurer l'avenir de l'usine de Trois-Rivières», a indiqué le grand patron, évoquant les 800 millions de dollars investis depuis son acquisition en 1973. Et s'il a accepté d'aller de l'avant avec ce nouveau projet, c'est qu'il l'avait promis aux travailleurs «s'ils démontraient leur support». «Je suis un homme de parole», a-t-il ajouté, évoquant la signature d'un contrat de travail de dix ans.

Par ailleurs, l'un de ses bras droits, Daniel Archambault, a fait savoir au Nouvelliste que l'usine de démonstration de filaments de cellulose avait déjà donné des résultats concluants. «Après deux ans, la technologie est solide et je suis très optimiste», a-t-il conclu, faisant allusion à une éventuelle usine de commercialisation qui pourrait aussi voir le jour à Trois-Rivières au coût de 200 millions de dollars.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer