Nemaska: une retombée concrète du CNETE

Nancy Déziel, directrice générale du CNETE.... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Nancy Déziel, directrice générale du CNETE.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Mine de rien, l'annonce confirmant l'arrivée de Nemaska Lithium à Shawinigan constitue une grande première pour le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales du Collège Shawinigan.

«C'est la première fois que nous attirons une entreprise dans la région», se réjouit Nancy Déziel, directrice générale du CNETE. «Si nous n'avions pas été là, Nemaska Lithium n'aurait jamais pensé venir à Shawinigan.»

Le président et chef de la direction de Nemaska Lithium, Guy Bourassa, encensait la collaboration du CNETE dans l'optimisation de son procédé de production. Il faut remonter trois ans en arrière pour retracer les débuts des échanges entre les deux partenaires.

«Le CNETE a une expertise reconnue mondialement dans le domaine du lithium», explique-t-il. «Nous avons longtemps travaillé avec des entreprises à l'extérieur du Québec. Mais quand nous sommes entrés dans la vraie électrochimie et que nous avons eu besoin d'expertise, c'est au CNETE qu'on s'est adressé.»

Mme Déziel convient qu'il s'agit d'un grand moment pour l'organisation qu'elle dirige, après plusieurs mois de travaux. Les employés n'ont d'ailleurs pas manqué de trinquer à cette réussite.

«Nous avons commencé à faire de l'optimisation autour de leur procédé d'électrolyse membranaire», explique-t-elle. «Un brevet a même été déposé et nous sommes toujours en attente.»

En 2013, Mme Déziel a entrepris sa campagne de séduction pour attirer Nemaska Lithium à Shawinigan, faisant valoir notamment la proximité des équipements.

«En plus, nous avions des installations en arrêt, de sorte qu'ils pouvaient y aller en attendant», glisse-t-elle, en parlant, à ce moment, de l'ancienne aluminerie de Rio Tinto Alcan. «Nous avions aussi une main-d'oeuvre disponible. C'est resté comme ça et un an après, mon téléphone sonne et j'apprends que l'entreprise était peut-être tentée par Shawinigan! Avec le maire et Luc Arvisais (alors directeur général du CLD), nous avons tout attaché ensemble.»

«Nous avons continué à travailler sur l'optimisation de procédé, nous sommes allés chercher un banc d'électrolyse membranaire pilote à la Fondation canadienne pour l'innovation», poursuit-elle. «Il fallait grossir l'échelle, jusqu'à ce que nous arrivions à une usine complète. C'est une nouvelle aventure pour nous et pour eux. Nous avons des chercheurs qui vont les accompagner. Des embauches au CNETE s'en viennent à la suite de cette annonce! Nous avons tout, dans la région, pour les accompagner.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer