Ancienne usine Laurentide: des coûts de décontamination «minimes»

Selon le président et chef de la direction... (Émilie O'connor)

Agrandir

Selon le président et chef de la direction de Produits forestiers Résolu, Richard Garneau, les coûts de décontamination sur les terrains de l'usine Laurentide ne constitueront pas un grand irritant pour la multinationale.

Émilie O'connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(SHAWINIGAN) Sans vouloir encore préciser un montant, le président et chef de la direction de Produits forestiers Résolu, Richard Garneau, laisse entendre que les coûts de décontamination sur les terrains de l'usine Laurentide ne constitueront pas un grand irritant pour la multinationale.

Présent à l'annonce de l'arrivée de Nemaska Lithium à Shawinigan mardi, le haut dirigeant assure que la remise en ordre du site sur le plan environnemental ne franchirait sans doute pas le demi-million de dollars.

«Il ne faut pas s'énerver avec ça», commente-t-il. «C'était une usine de pâte mécanique. Il n'y a pas beaucoup de produits chimiques qui ont été utilisés.»

«Normalement, ça varie entre 500 000 $ et deux ou trois millions $, dépendant si c'est une usine de pâte chimique ou de pâte mécanique», ajoute M. Garneau. «Selon les tests que nous avons faits, il n'y a rien d'important.»

Ce serait donc moins de 500 000 $? «Je ne suis même pas sûr que ce sera autant d'argent», glisse le président de PFR. «Il y a lieu de s'en réjouir. C'est une indication de l'effort qui a été fait par les gens de Grand-Mère pour s'assurer que l'environnement soit respecté.»

Nouvelle amitié

L'annonce d'hier permettait également d'exposer publiquement le réchauffement des relations entre la Ville de Shawinigan et Produits forestiers Résolu.

L'an dernier à pareille date, le maire, Michel Angers, déversait son fiel sur la multinationale à la suite de sa décision de mettre fin à la production de l'usine Laurentide. Il qualifiait alors PFR de «fidèle à sa réputation de très mauvais citoyen corporatif et de pitoyable partenaire économique» et de compagnie «sans aucun sens civique pour la communauté qui leur a permis de faire du fric».

Un an plus tard, le maire reconnaît les mérites du chemin parcouru par la multinationale.

«Je ne vous cache pas que nous étions choqués, très déçus pour notre population», rappelle-t-il. «Nous considérions important de travailler à l'acquisition du site. Nous n'avons pas pleuré longtemps sur le lait répandu, bien au contraire. Dès ma première rencontre avec M. Karl Blackburn, j'ai été très clair sur mon objectif: je ne voulais certainement pas revivre le scénario que nous vivons actuellement à la Belgo.»

Un an plus tard, les fleurs ont suivi le pot.

«Résolu a su faire les choses avec beaucoup de classe, de sensibilité et de façon extrêmement responsable envers la population de Shawinigan», souligne M. Angers.

M. Garneau reconnaît que les commentaires émis par le maire de Shawinigan à la suite de l'annonce de la fermeture de l'usine Laurentide ne laissaient guère présager les chaleureuses accolades entre les deux parties hier après-midi.

«On revient de loin!», sourit-il. «Je relisais les coupures de journaux et nous avons réussi quelque chose d'important. C'est ce que j'appelle tourner la page! Il faut se rappeler du passé, mais il faut se tourner vers le futur.»

En entrevue, M. Garneau mentionne que la simple communication avec la Ville de Shawinigan avait permis de constater que les deux parties voulaient travailler pour le bénéfice de la communauté, une fois l'annonce dévastatrice passée.

«On trouvait absolument déplorable cette agressivité, mais le temps arrange les choses», philosophe-t-il. «M. Blackburn a commencé à avoir des réunions avec le maire Angers et on savait que ce site avait du potentiel, avec la voie ferrée, le gaz naturel, l'accès à l'eau et des bâtiments en excellente condition. J'espère que la nouvelle usine durera encore plus longtemps que la Laurentide, soit plus d'une centaine d'années.»

guy.veillette@lenouvelliste.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer