Nemaska Lithium confirme aujourd'hui son implantation à Shawinigan

Nemaska Lithium confirmera mardi son intégration au site... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Nemaska Lithium confirmera mardi son intégration au site de l'ancienne papeterie Laurentide.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Pour la deuxième fois en moins d'un an, Shawinigan héritera aujourd'hui d'une annonce importante pour la transformation de son tissu économique.

Après la surprise causée par l'arrivée de CGI en octobre 2014, Nemaska Lithium confirmera son intégration au site de l'ancienne papeterie Laurentide, que Produits forestiers Résolu consent finalement à vendre à la Ville tout en assumant les frais de décontamination.

Cette annonce marquera assurément le début d'un temps nouveau pour ce site industriel, point de mire des intervenants économiques shawiniganais depuis plusieurs années.

La papeterie a fait vivre des milliers de familles pendant 126 ans. Le premier coup de semonce est venu en novembre 2012, à la suite de l'annonce de l'arrêt définitif de la machine à papier no 10. Moins de deux ans plus tard, en septembre 2014, Produits forestiers Résolu annonçait la fermeture de l'usine. Plus de 400 emplois étaient ainsi rayés de la carte à Shawinigan.

Pour la Ville, la poursuite des activités industrielles sur ce site a constitué une priorité au cours de la dernière année. Au bout du compte, la qualité des installations disponibles a permis à Shawinigan d'arracher ce projet à Salaberry-de-Valleyfield. Une douce revanche sur le destin, après avoir vu l'usine FerroAtlántica lui glisser entre les doigts l'an dernier au profit de Port-Cartier.

En mars 2013, Salaberry-de-Valleyfield annonçait la réalisation de la phase 1 de la société minière Nemaska Lithium dans l'ancienne usine de Dominion Textile. Ce projet pilote était évalué à 25 millions de dollars. Il devait produire annuellement 426 tonnes d'hydroxyde et de carbonate de lithium.

Cette usine devait entrer en exploitation en 2014, mais elle n'a finalement jamais vu le jour. Pas plus que la construction du complexe principal qui devait suivre. À ce moment, le maire, Denis Lapointe, parlait d'un investissement total de 300 millions de dollars et de la création de 120 emplois.

Ce projet devrait finalement aboutir à Shawinigan. Établie à Québec, Nemaska Lithium possède deux propriétés minières d'où elle extrait du lithium, à savoir Whabouchi, qui couvre près de 1800 hectares et Sirmac, qui occupe 645 hectares. Les deux mines sont situées au nord de Chibougamau.

Acquisition

Pour séduire Nemaska Lithium, la Ville de Shawinigan devait obligatoirement faire l'acquisition du site de l'usine Laurentide. Or, chez Produits forestiers Résolu, Karl Blackburn, directeur principal, Affaires publiques et relations gouvernementales, mentionnait la semaine dernière que la phase 2 du processus de caractérisation des sols n'était pas encore complétée. Par contre, il reconnaissait que la compagnie possédait maintenant suffisamment d'information pour s'avancer dans la transaction.

Au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, personne n'a voulu commenter l'évolution de ce dossier la semaine dernière.

PFR assumerait les coûts de décontamination, une épine que la Ville de Shawinigan voulait éviter à tout prix.

«Les résultats sont beaucoup moins préoccupants que ce qu'on aurait pu penser, malgré les 126 ans d'exploitation», assure M. Blackburn. «Les endroits qui devront être remédiés sont beaucoup moins grands que prévus. Le site est relativement propre, une bonne nouvelle.»

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, a toujours soutenu que la Ville ne voulait pas puiser dans les poches des contribuables pour acquérir cette propriété. Comme prévu, le Fonds Résolu, créé par la compagnie dans le cadre de sa restructuration pour venir en aide aux communautés touchées par des arrêts de production de ses usines, sera utilisé pour permettre cette transaction. Cette aide financière pour l'acquisition de la propriété industrielle ne pouvait toutefois être consentie sans obtenir un engagement écrit de Nemaska Lithium de son intention de s'installer à Shawinigan.

En avril 2013, le Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins avait obtenu une contribution d'un million de dollars du Fonds Résolu. La Ville disposerait d'une aide semblable pour l'acquisition de la propriété de Laurentide, mais cette subvention ne couvrirait que la moitié de la facture. Le montage financier sera détaillé ce matin.

Produits forestiers Résolu ne vendra évidemment pas cette usine à sa valeur maximale, convient M. Blackburn.

«L'objectif que nous poursuivons dans le cadre d'une éventuelle transaction, c'est de supporter le développement économique de la municipalité», convient-il. «Il n'y a pas que l'aspect financier qui est pris en considération.»

En ce sens, bien que d'autres repreneurs se soient manifestés en début d'année, M. Blackburn précise que son mandat consistait à «s'entendre avec la Ville dans les meilleures conditions possibles».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer