Delastek: décision favorable au syndicat

La cinquantaine d'employés de Delastek à Shawinigan sont... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La cinquantaine d'employés de Delastek à Shawinigan sont en grève depuis cinq mois.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Alors que les deux parties s'accusaient mutuellement de négocier de mauvaise foi, la Commission des relations du travail vient de donner raison aux syndiqués de Delastek, en grève depuis cinq mois, en plus de remettre à l'ordre le président de l'entreprise, Claude Lessard.

Rejetant la plainte de l'employeur, le juge administratif Raymond Gagnon a accueilli celle de la section locale 1209 d'Unifor pour défaut de négocier avec diligence et bonne foi.

«C'est un outil pour relancer les négociations afin d'en arriver à une entente négociée, ce qui n'a jamais été fait chez Delastek», a commenté le président du syndicat, Alexandre Maranger.

Refusant de crier victoire, celui-ci explique les trois objectifs qui étaient recherchés par cette démarche auprès de la CRT: «faire valoir qu'on n'était pas de mauvaise foi, faire lever l'entrave syndicale, les menaces et l'intimidation et forcer l'employeur à négocier».

Le syndicat cherche à sécuriser l'emploi de sa cinquantaine de membres au regard des tâches reliées à la recherche et au développement. Mais pour Delastek, une telle demande vise à élargir indûment la portée de l'accréditation syndicale accordée en 2003.

Or, dans sa décision, le juge Gagnon ordonne à Delastek de produire au médiateur-conciliateur, d'ici au 10 septembre, une proposition définissant ce qu'elle entend par recherche et développement.

De plus, le président Lessard est sommé de cesser d'entraver et de s'immiscer dans les activités de la section locale 1209. Comment? En arrêtant d'inciter les syndiqués à revoir la composition de leur exécutif, en s'abstenant de remettre en cause la légitimité de la demande syndicale relative à la protection de l'emploi de ses membres, et en cessant de menacer de transférer ses activités à l'extérieur du Québec.

Finalement, le juge Gagnon ordonne à Claude Lessard de ne plus tenir des propos, notamment à des journalistes ou sur des réseaux sociaux, relatifs à des salariés membres de la section locale 1209 d'Unifor et à l'enjeu de la présente convention collective. D'ailleurs, hier, le président de Delastek n'a pas voulu commenter la décision de la CRT.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer