Stolt LNGaz injecte 800 M$ à Bécancour

Rodney Semotiuk, chef de direction de Stolt LNGaz,... (Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste)

Agrandir

Rodney Semotiuk, chef de direction de Stolt LNGaz, et Niels G. Stolt-Nielsen, président de Stolt-Nielsen, accompagnaient Philippe Couillard lors de son passage à Bécancour.

Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Cyrenne
Le Nouvelliste

(Bécancour) C'est maintenant confirmé par les propriétaires norvégiens, le premier ministre du Québec et les intervenants économiques de la région, l'usine de liquéfaction de gaz naturel, Stolt LNGaz, verra le jour dans le parc industriel et portuaire de Bécancour. La construction de la nouvelle usine coûtera 800 millions de dollars et elle se mettra en branle dès le premier trimestre de 2016. Au final, trente personnes travailleront chez Stolt LNGaz à Bécancour, une centaine sur les bateaux et une quarantaine sur des camions pour effectuer le transport du produit.

Entièrement financé par des investisseurs privés, ce projet vise à approvisionner les industries du Québec qui ne sont pas desservies par le réseau actuel de distribution du gaz naturel. La nouvelle entreprise devrait ouvrir officiellement en 2018. Initialement, la construction devait débuter cet été, mais elle a été retardée afin de finaliser l'ingénierie du projet. Les terrains, devant l'usine TRT ETGO, sont acquis. Le garage André Bouvet et les anciens locaux de Robert Transport seront démolis prochainement pour faire place à la nouvelle usine. Pas moins de 250 personnes devraient travailler sur le chantier de construction.

Pour le propriétaire de la nouvelle usine, cette annonce officielle est le fruit de plusieurs mois d'efforts. «L'approbation environnementale a été une étape importante. Au cours des 18 derniers mois, nous avons discuté avec les membres de la communauté. Nous avons pris en compte les commentaires des citoyens. Nous avons amélioré notre projet en lien avec les propositions des gens. Nous respecterons toutes les règles. Désormais, nous pouvons nous concentrer sur l'établissement des contrats de vente. Nous voulons faire de notre projet un grand succès. Nous travaillons avec les intervenants locaux, de proches collaborateurs», confie Niels G. Stolt-Nielsen, le président de Stolt-Nielsen, la compagnie qui implante Stolt LNGaz à Bécancour.

L'entreprise produira annuellement 500 000 tonnes de gaz naturel liquéfié et le distribuera principalement par petits navires méthaniers et par camions-citernes. Déjà, Stolt LNGaz prévoit une deuxième phase à son projet afin de doubler sa capacité de production. Cela se réalisera lorsque la conjoncture économique le permettra. Des réservoirs devraient aussi être construits sur la Côte-Nord. L'entreprise s'approvisionnera directement du réseau de gaz naturel de Gaz Métro. L'usine transformera le produit. Un tuyau renverra le gaz naturel liquéfié sur le quai de Bécancour, afin de l'expédier par bateau.

Par ailleurs, l'arrivée de cette usine devient un atout pour le développement du Plan Nord selon le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. «Tous les intervenants de la Côte-Nord nous disent qu'ils ont besoin d'avoir un approvisionnement en gaz naturel liquéfié. Ce projet s'inscrit aussi dans notre stratégie maritime. Notre société est en transition pour réduire ses effets polluants. C'est un projet qui nous aidera à diminuer nos effets de gaz à effet de serre tout en répondant aux besoins de la Côte-Nord», a affirmé M. Couillard lors de l'annonce du projet.

Annoncé officieusement en mars 2014, pour la première fois, il aura fallu un an et demi avant de procéder à l'annonce officielle. «Ça fait deux ans qu'on se parle quotidiennement. C'est le résultat de plusieurs mois d'efforts. Il y a eu des dizaines de rencontres avec des groupes d'ingénieurs, c'est un bel aboutissement. Les premières approches avec Bécancour ont eu lieu en décembre 2013», mentionne Maurice Richard, le directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour.

L'entreprise a pris plusieurs engagements au sein de la communauté afin de réduire les effets négatifs possibles du projet. Stolt LNGaz a pris l'engagement de limiter le bruit des méthaniers afin de ne pas être la source d'une nuisance sonore. Des actions de compensation d'un milieu humide ont aussi été prises. Une unité d'oxydation thermique sera installée dans le but de réduire, de 99 %, les émissions de sulfures d'hydrogène, un gaz toxique et malodorant.

L'emploi local est aussi une priorité pour Solt LNGaz. «Nous en sommes à évaluer nos besoins. Nous travaillerons avec la communauté pour voir comment nous pourrons pourvoir nos postes», a mentionné M. Stolt-Nielsen. L'usine embauchera essentiellement des ingénieurs et des techniciens.

Déjà, l'entreprise a lancé sa recherche de fournisseurs sur son site Internet. Un formulaire a été mis en ligne afin de permettre à l'entreprise norvégienne d'en apprendre un peu plus sur les fournisseurs de produits et de services qui opèrent dans la région de Bécancour.

Stolt LNGaz ne recevra aucune subvention. Toutefois, elle bénéficiera d'un congé de taxes foncières municipales et de certains avantages fiscaux.

Partager

À lire aussi

  • Stolt LNGaz: le milieu emballé par le projet

    Centre-du-Québec

    Stolt LNGaz: le milieu emballé par le projet

    La venue de Stolt LNGaz à Bécancour enchante les intervenants économiques de la région. L'arrivée de cette usine de liquéfaction de gaz naturel... »

  • Centre-du-Québec

    Place à IFFCO?

    Le beau temps semble de retour à Bécancour avec un projet de 800 millions de dollars confirmé lundi. Un autre investissement de près de deux... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer