Un autre projet commercial au pied du pont Laviolette

Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour.... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il appert que le projet District 55, à Trois-Rivières, n'est plus seul. La Ville de Bécancour caresse elle aussi le projet de réaliser un développement commercial autoroutier à la sortie du pont Laviolette, côté ouest, sauf qu'elle le fera elle-même.

«Quand vous traversez le pont, on aurait l'endroit magnifique, du côté ouest de la 55», soit «de l'autoroute 30 jusqu'au secteur Saint-Grégoire», a indiqué hier le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

Le projet ne date pas d'hier et la Ville s'est heurtée à quelques empêchements «légaux et commerciaux» en lien avec l'achat de certains terrains visés. Mais en 2016, le maire se dit convaincu qu'il se coulera déjà «deux fondations» dans ce secteur. La poursuite qui était en lien avec ce dossier «a été retirée», précise le maire et l'ancien promoteur n'est plus là. Il reste encore une terre à acheter afin de permettre à ce projet de développement commercial autoroutier de démarrer.

La Ville a confié à Charles Hamel, urbaniste retraité de la Ville, un mandat de 5 mois ayant trait à ce projet ainsi qu'au développement résidentiel du territoire. Il y a en effet des projets «imminents à ce sujet dans plusieurs secteurs de la Ville», indique le maire Dubois.

Jean-Guy Dubois dit ne pas craindre la venue du District 55 à Trois-Rivières puisque Bécancour entend développer son secteur de l'autoroute «à sa couleur» et selon ses besoins très particuliers, dit-il et cela, sans faire compétition aux commerces déjà existants dans le territoire.

Le maire rappelle que des promoteurs ont déjà voulu acheter les terrains afin de les développer. Mais en pareil cas, plaide-t-il, on aurait risqué de voir poindre des commerces qui existent déjà ailleurs dans la municipalité.

«La première chose que je vais aller voir, moi, si c'est moi qui développe, c'est un vendeur de VTT. Ça n'existe pas et tout le monde a des terres à bois ici», illustre M. Dubois. Il pourrait y avoir aussi des commerces en lien, notamment, avec le réseau de pistes cyclables en développement ou avec le domaine équestre, très populaire sur le territoire. Bécancour assure qu'elle ne veut pas imiter Trois-Rivières, mais être plutôt en complémentarité, avec notre couleur», explique le maire. Et surtout, elle veut remédier à ses fuites commerciales.

Tout ce bouillonnement découle directement, en fait, du vaste chantier économique amorcé il y a 18 mois par la Ville de Bécancour avec la collaboration des organismes du milieu et des citoyens.

Flanqué du président du CLD, Michel Blanchette, du directeur général de la SADC, Steve Brunelle et du directeur général du CLD, Daniel Béliveau, le maire Dubois a indiqué, hier, que le chantier économique est terminé. On passe maintenant à l'action, indique-t-il.

Le projet sans doute le plus important amorcé par Bécancour, c'est son tout nouveau Carrefour entrepreneurial, un genre de guichet unique qui réunit tous les intervenants économiques du territoire. On veut en effet que les entrepreneurs qui auront l'intérêt de s'installer à Bécancour soient encadrés et soutenus à tous points de vue et qu'ils n'aient pas à se casser la tête pour trouver des informations, de la formation, du soutien, des conseils, ni même du financement.

Daniel Béliveau, directeur général du CLD de Bécancour, indique qu'on souhaite «assurer un meilleur développement de l'entreprise et non juste assurer un financement.» M. Béliveau reconnaît que chaque organisme de développement économique du territoire le faisait chacun de son côté à sa façon, «mais aujourd'hui, toutes les semaines, nos employés se rencontrent, se téléphonent et mettent en commun l'avancement de chacun des dossiers qui ont cogné à nos portes. On est en train d'harmoniser nos outils de travail», explique-t-il.

C'est à Geneviève Leprohon qu'a été confiée la coordination du nouveau Carrefour entrepreneurial.

Rappelons que Bécancour a toujours l'intention de construire un incubateur industriel, mais la date et l'endroit n'ont toujours pas été choisis indique le président du CLD, Michel Blanchette.

Le maire a profité de l'occasion pour rappeler que, dans la foulée des efforts de développement de Bécancour, trois projets sont déjà en cours de réalisation au Parc industriel Laprade, soit Recyclage ÉcoSolutions, pour le traitement de produits de réfrigération et autres produits nocifs pour l'environnement, Halocarbures, pour le traitement des gaz réfrigérants ainsi que Airex, dans le domaine du biocharbon sous forme de granules.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer