Canadel prend de l'expansion

L'usine Canadel de Louiseville.... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'usine Canadel de Louiseville.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) La reprise de l'économie aux États-Unis se reflète sur le niveau d'activités de Meubles Canadel. Le manufacturier de meubles va investir trois millions de dollars pour agrandir ses installations louisevilloises et va ajouter une vingtaine de travailleurs à son personnel d'ici quelques mois.

Michel Deveault, président et chef des opérations de... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Michel Deveault, président et chef des opérations de Meubles Canadel.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Le désir de Canadel de se démarquer de la concurrence par la personnalisation des produits et le développement de nouvelles collections fait en sorte que le travail de rembourrage de ses chaises a augmenté.

L'investissement permettra à Canadel de doubler sa capacité de production hebdomadaire de chaises rembourrées, soit de 1000 à 2000.«Avec la mode, les nouvelles lignes, le rembourrage a pris de plus en plus d'espace. Avant, c'était donné en sous-traitance, mais c'était il y a une vingtaine d'années, à l'époque où on avait quatre, cinq variétés de tissus. Aujourd'hui, on est rendu à plus de 100 tissus! C'était très complexe à gérer pour un petit sous-traitant, donc on a rapatrié tout ça. On est très fort dans le bois. Là, on augmente notre proposition de rembourrage», explique Michel Deveault, président et chef des opérations de Meubles Canadel.

L'ajout de 30 000 pieds carrés à l'usine de Louiseville servira essentiellement aux opérations de rembourrage. Canadel en profitera pour redéployer certains équipements acquis via des investissements totalisant deux millions de dollars au cours des deux dernières années.

Les travailleurs recherchés sont principalement des rembourreurs. Ceux-ci seront embauchés vers le mois d'octobre, car on prévoit que la nouvelle unité sera en fonction vers la fin du mois de novembre.

États-Unis, concurrence et dollar

Le succès de la nouvelle collection Gourmet permet à la famille Deveault de vivre des jours meilleurs, car les prévisions pour 2014-2015 sont une hausse de 10 % du chiffre d'affaires qui se situe actuellement à 80 millions de dollars.

Lancée il y a un an et demi, cette collection plus abordable que les mobiliers de cuisine des collections Champlain et Loft attire un nouveau marché fort intéressant: malgré sa jeunesse, Gourmet est la collection qui affiche la meilleure progression et représente aujourd'hui environ 10 % du volume de ventes de la compagnie. Et comme c'est un nouveau produit destiné à un nouveau marché, cette collection ne gruge pas dans le terrain de jeu des autres collections de Canadel.

«Les affaires vont bien, admet volontiers Michel Deveault. L'économie aux États-Unis est meilleure, les gens ont moins accès à du financement, donc ils sont plus sensibles aux prix et la valeur du dollar commence à être de notre bord. Le taux de change roule encore autour de 80 cents (en argent américain pourun dollar canadien). C'est bon à ce niveau.»

Un mobilier des collections Champlain et Loft peut se vendre 3000 $, mais peut aussi atteindre 7000 $ en raison de la touche personnelle qu'un client peut y apporter. Un mobilier de la collection Gourmet est vendu entre 1500 $ et 1700 $.

«La collection Gourmet a moins d'options, moins de tissus. Mais la qualité reste la même. Les sièges et le dessus de table sont en merisier, mais tout ce qui est camouflé se fait avec d'autres essences de bois qui coûtent moins cher. Les Chinois ne font pas de personnalisation de meubles. Avec cette collection, les gens peuvent avoir de la personnalisation sans perdre la qualité. On fabrique cette collection ici. On veut demeurer un fabricant canadien avec la qualité de finition et d'assemblage, la durabilité de nos produits. Le produit canadien a toujours une très bonne réputation», commente M. Deveault.

D'ici la fin de l'année, le personnel de Canadel à son usine de Louiseville passera donc à près de 600 travailleurs.

La direction de Canadel continue de travailler au développement d'une nouvelle collection qui devrait être disponible au début de 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer