Baisse des mises en chantier de 60 % à Trois-Rivières

Si la tendance se maintient, Trois-Rivières verra s'ériger... (Photo: La Voix de l'Est)

Agrandir

Si la tendance se maintient, Trois-Rivières verra s'ériger 146 nouvelles habitations sur son territoire, contre 367 l'an dernier, une baisse de près de 60 %.

Photo: La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les mises en chantier auront la vie dure en 2015. Du moins en région. C'est ce qui ressort des plus récentes données provisoires de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Si la tendance se maintient, Trois-Rivières verra s'ériger 146 nouvelles habitations sur son territoire, contre 367 l'an dernier, une baisse de près de 60 %. À Shawinigan, la perspective 2015 n'est guère plus reluisante, alors que la pente des mises en chantier à Drummondville est descendante, mais dans un angle moins prononcé.

Ce sont les logements collectifs qui souffriront de la plus forte décroissance à Trois-Rivières. En 2014, 288 logements collectifs avaient émergé dans les rues de la cité de Laviolette, alors que la SCHL en prévoit seulement 89 en 2015. Les mises en chantier de maisons individuelles connaîtront également une diminution, cette fois de l'ordre de 28 %.

Une tendance à la baisse également à l'ordre du jour des chantiers résidentiels à Shawinigan. Cette année, la SCHL estime que 37 chantiers d'habitation se mettront en branle sur son territoire, alors que l'an dernier, on pouvait compter sur 65 chantiers pour dynamiser l'économie régionale. Là encore, les logements collectifs accuseront le plus fort recul, soit 57 %.

À Drummondville, la réduction du nombre de mises en chantier est plus modeste. Cette année, 202 résidences d'habitations émergeront du sol drummondvillois, alors qu'on en comptait 224 l'an dernier. Ce sont les logements collectifs qui accuseront le plus fort recul cette année (-16 %), alors que les maisons individuelles connaîtront un réduction plus modeste des mises en chantier (-3,7 %).

Sur la scène québécoise, la moyenne enregistrée des centres urbains de plus de 10 000 habitants en matière de mise en chantier accuse également, à l'instar de la scène régionale, un recul, cette fois de 25,4 % en 2015.

D'un océan à l'autre, la moyenne nationale enregistre plutôt une hausse des mises en chantier d'habitations. Ainsi, les mises en chantier s'étaient chiffrées à 201 705 unités en mai, en données désaisonnalisées et annualisées, en hausse par rapport à 183 329 unités en avril. L'augmentation a été alimentée par les projets de logements collectifs en Ontario, dans la région de l'Atlantique et au Québec. Dans la belle province, c'est la ville de Québec qui note la plus forte augmentation de ce type d'habitation, avec 1688 mises en chantier en 2015, contre 1315 en 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer