Une remise à jour de 500 000 $ à la Cage aux sports

Dans l'ordre habituel, on retrouve Dany Quessy, copropriétaire... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Dans l'ordre habituel, on retrouve Dany Quessy, copropriétaire de La Cage aux sports de Trois-Rivières, Louis-François Marcotte, nouveau vice-président restauration du Groupe Sportscene, Jean Bédard, président et chef de la direction du Groupe Sportscene, et Pierre Rochefort, copropriétaire de La Cage aux sports à Trois-Rivières.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le chef bien connu, Louis-François Marcotte, vient de s'ajouter à la recette de La Cage aux sports en devenant vice-président restauration du Groupe Sportscene. Son arrivée stratégique coïncide avec la remise à jour des restaurants de la chaîne qui devrait atteindre Trois-Rivières d'ici deux ans, pour un investissement de près de 500 000 dollars.

Déjà, le semi-corporatif trifluvien, appartenant à Pierre Rochefort et Dany Quessy, a fait l'objet de travaux d'améliorations dépassant le million de dollars depuis une douzaine d'années.

Selon le président du conseil et chef de la direction de Groupe Sportscene, Jean Bédard, «la Cage 4.0», se plaît-il à dire, contient trois éléments: un bar central «vu de tout le monde», le plus gros écran de télévision possible et un décor très épuré. «Trois-Rivières est un bon marché pour nous», soutient-il.

Tout en conservant «le positionnement sport et l'aspect plaisir», celui-ci a jugé bon d'améliorer son offre culinaire, d'où l'arrivée du célèbre animateur de l'émission Signé M au sein de l'équipe.

«Nous collaborions depuis l'ouverture du restaurant Les Rouges-Steakcage, un nouveau concept à même la mezzanine de La Cage de Boucherville qu'il opérait pour nous. Rapidement, nous avons réalisé que nous partagions une vision commune de la restauration. Je suis convaincu que ses connaissances du marché de la restauration et son expertise seront des atouts de taille pour notre entreprise», indique M. Bédard.

Celui-ci explique que la culture culinaire a beaucoup changé au cours des dernières années. «Joindre l'équipe de Groupe Sportscene est très stimulant pour moi. Participer à l'amélioration de l'expérience client d'une chaîne québécoise aussi connue que La Cage aux Sports représente tout un défi.

De nos jours, avec l'intérêt accru des consommateurs envers les aliments santé, les clients sont plus avertis et veulent mieux manger. Je souhaite mettre toutes mes énergies et mes connaissances à servir leurs besoins changeants et contribuer ainsi à l'essor du Groupe Sportscene», a fait savoir Louis-François Marcotte.

Entre autres, l'idée est d'éliminer graduellement les produits préparés et de faire de meilleurs plats tout en conservant les acquis qui ont fait la réputation de la Cage aux sports.

«D'ici la mi-juin, la plupart de nos vinaigrettes seront faites maison», annonce le nouveau venu qui a déjà fait sentir sa touche sur le menu.

Depuis ses débuts, la Cage aux sports a toujours su tirer son épingle du jeu malgré la concurrence et de nouvelles parts de marché sont dans la mire.

«Notre positionnement est unique, avec une ambiance sportive et conviviale», précise Jean Bédard, qui dit vouloir amener la chaîne à un autre niveau dans l'offre de restauration.

Avec l'ajout sans cesse croissant de la clientèle jeunesse et féminine, Louis-François Marcotte veut en faire une destination en-dehors de l'événement. «À la question: on vas-tu manger à La Cage aux sports?, ce sera oui», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer