Un projet immobilier sur l'ancien site du Gosier

Tony Putorti, Bryan Tranquille et Cynthia Putorti, les... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Tony Putorti, Bryan Tranquille et Cynthia Putorti, les promoteurs du projet la Terrasse des Récollets.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Inoccupé depuis l'incendie en 1995, le terrain du mythique bar de Trois-Rivières va renaître. Des promoteurs trifluviens vont construire un bâtiment commercial et résidentiel sur ce site du boulevard des Récollets.

Les promoteurs Bryan Tranquille et Tony Putorti, qui ont acquis le terrain il y a trois ans, projettent de construire un immeuble d'un peu plus de 1200 mètres carrés de quatre ou huit étages. La Terrasse des Récollets sera occupée au rez-de-chaussée par des commerces et les étages accueilleront de petites unités de condos. Si tout va bien, le bâtiment, dont la construction est évaluée à près de huit millions $, serait prêt en mai 2016. 

«Ces condos seront notamment destinés aux étudiants universitaires, aux professeurs ou aux travailleurs de l'hôpital. Il y a toutefois déjà des clients intéressés par les locaux commerciaux. C'est un quartier très dynamique proche de tous les services et des secteurs commerciaux. Et le Gosier a déjà été plus populaire que La Mecque ou le Vatican», indique M. Tranquille, également à l'origine du développement domiciliaire de la Terrasse des Capitales, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. 

Bien que les détails du projet ne sont pas finaux, les entrepreneurs soulignent que la Ville de Trois-Rivières s'est montrée ouverte à la construction d'un bâtiment de huit étages. Le bâtiment serait situé dans la pointe ouest du terrain, près de la Crémière. 

Décontaminer le site d'un ancien dépotoir

Une partie du terrain doit toutefois être décontaminée, avant que la construction ne débute. Ce site était utilisé dans les années 30 et 40 comme dépotoir, indique la Ville de Trois-Rivières. Québec a d'ailleurs accordée une subvention de 245 575 $ pour la réhabilitation de ce terrain. Cette aide provient du programme ClimatSol. Le coût total de la décontamination s'élève à près de 500 000 $. Par ailleurs, Québec indique que le bâtiment respectera les normes environnementales Novoclimat.  

«La décontamination de ce terrain de 3200 mètres carrés permettra notamment à ce secteur stratégique de Trois-Rivières de miser davantage sur son dynamisme par la réalisation du projet résidentiel et commercial La terrasse des Récollets», a affirmé dans un communiqué le ministre responsable de la région de la Mauricie et député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard.  

«Les contaminants ne sont toutefois pas dangereux», précise M. Tranquille.  

La Ville de Trois-Rivières voit d'un très bon oeil le projet immobilier sur l'ancien site du Gosier. D'ailleurs le terrain sera aménagé pour qu'au moins 20 % de sa superficie soit occupée par des arbres. «Le terrain était inutilisé depuis très longtemps et le bâtiment commercial et résidentiel permettra d'engendrer des taxes à la Ville», a noté Yvan Toutant, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières. Les retombées pour la Ville sont évaluées à près de 75 000 $ pas année. 

Le Gosier demeure bien vivant dans la mémoire des Trifluviens. Jusqu'en 1995, l'institution qui était située entre le Cégep de Trois-Rivières et l'Université du Québec à Trois-Rivières était très populaire. Depuis l'incendie de 1995, le site était totalement laissé à l'abandon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer