Les mises en chantier reculeront à Trois-Rivières en 2015 et 2016

Les mises en chantier vont reculer de 15 % en... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les mises en chantier vont reculer de 15 % en 2015 et de 6 % en 2016 dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Trois-Rivières, prévoit la SCHL.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Société canadienne d'hypothèque et de logement (SCHL) prévoit une baisse des mises en chantier d'habitations dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Trois-Rivières pour les deux prochaines années.

 Le recul se chiffrerait à 15 % pour 2015 et à 6 % pour l'année suivante. On prévoit 800 mises en chantier pour l'année en cours et 750 pour 2016, alors qu'on en avait compté 943 en 2014 et 849 l'année précédente.

La SCHL explique cette diminution de la construction de nouvelles habitations par «les stocks relativement importants de propriétés existantes à vendre, jumelés au taux d'inoccupation élevé sur le marché locatif». La légère hausse prévue des taux hypothécaires n'est pas étrangère non plus au recul anticipé des mises en chantier. Les conditions hypothécaires favorables aux emprunteurs avaient contribué à stimuler le marché ces dernières années.

En ce qui concerne le marché de la revente, on prédit que la conjoncture avantagera les acheteurs, vu que l'offre de propriétés inscrites sur le marché de la vente par un courtier poursuivra sa tendance à la hausse. Des délais de vente plus longs sont à anticiper, de même qu'une augmentation de prix inférieure à celles des dernières années. Le prix moyen des propriétés à vendre atteindra 166 000 $ en 2015 et 168 000 $ en 2016, ce qui représente des hausses respectives de 1,5 % et 1,2 %.

Les conditions du marché locatif demeureront semblables à celles remarquées depuis 2012 et le taux d'inoccupation ne variera pas beaucoup. En 2014, ce taux était de 5,3 %, et il s'élèvera à 5,1 % en 2015 et 5,0 % en 2016. Sur l'ensemble du territoire trifluvien, le loyer moyen des appartements de deux chambres atteindra 575 $ en 2015 et 580 $ pour l'année suivante. Le loyer moyen pour 2014, qui se chiffrait à 568 $, était le moins élevé parmi les RMR du pays, et continuera de l'être pour les deux prochaines années.

Parmi les facteurs agissant sur le marché du neuf à Trois-Rivières, on note que la demande de logements sera soutenue par la relative faiblesse des taux hypothécaires et par la modeste croissance du marché de l'emploi. L'accès à la propriété sera favorisé par le progrès plus rapide du salaire hebdomadaire moyen par rapport à celui de l'inflation.

Ces données sont tirées de la publication Perspectives du marché de l'habitation RMR de Trois-Rivières du printemps 2015 de la Société canadienne d'hypothèque et de logement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer