Rivière-aux-Rats: du bois s'en va au Lac-Saint-Jean

La scierie de Rivière-aux-Rats est fermée pour une période...

Agrandir

La scierie de Rivière-aux-Rats est fermée pour une période indéterminée.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) Des quantités de bois ont quitté l'usine de Rivière-aux-Rats, fermée pour une période indéterminée, en direction de l'usine de Saint-Félicien, mardi. Une décision qui ne plaît pas du tout au syndicat des travailleurs, qui dénonce la situation.

 «On met des gens à pied parce que le prix de la fibre est trop élevé, mais on prend la même fibre et on l'envoie au Lac-Saint-Jean. On se questionne. Si le prétexte du coût de la fibre est vrai, il devrait également s'appliquer pour le Lac-Saint-Jean», a déploré Herman Martel, président du syndicat des travailleurs.

Selon nos informations, neuf camions se sont présentés à l'usine de Rivière-aux-Rats hier pour faire le chargement des quantités de bois. Rien d'anormal selon Produit forestier Mauricie (PFM).

«Ce n'est pas quelque chose de nouveau et ce n'est pas en lien avec la fermeture. Ce transport-là a débuté avant les Fêtes, à l'automne. C'est à la suite de la fermeture de Laurentide. Il n'y a rien d'anormal», a lancé Claude Dupuis, directeur général de la Coopérative forestière du Haut-Saint-Maurice, actionnaire de Produits forestiers Mauricie avec Produits forestiers Résolu.

«C'est du petit bois, du vieux sapin. Avec la fermeture de Laurentide, on avait mis sur pied une planification pour être capable de l'opérer à un coût économiquement viable dans nos installations. Ce n'est pas toutes nos scieries qui peuvent prendre ce bois-là, mais à Saint-Félicien on est capable de le faire. [...] C'est un petit volume qui est entreposé dans la cour de la scierie de Rivière-aux-Rats», a ajouté Karl Blackburn, directeur principal, Affaires publiques et relations gouvernementales chez PFR.

Depuis l'arrêt des opérations, aucune discussion n'a eu lieu entre l'employeur et le syndicat concernant la réouverture.

«Tout est au point mort. Syndicalement, on a fait des démarches auprès du maire et du gouvernement. Par contre, au niveau de la compagnie, on n'a pas encore senti le soutien qu'il était pour y avoir pour les employés, et on n'a pas eu d'appel de la compagnie», a fait savoir M. Martel.

Quant aux rumeurs de vente qui circulent, l'entreprise est catégorique: l'usine n'est pas à vendre.

«Cette usine-là n'est pas à vendre. On est heureux avec cette usine et on est content de l'avoir, mais malheureusement, dans le contexte actuel, les raisons qui ont mené à sa fermeture sont encore en place», a affirmé M. Blackburn.

Néanmoins, si c'était le cas, la Coopérative forestière du Haut-Saint-Maurice regarderait certainement ses options.

«Oui, on regarderait nos options, mais l'usine n'est pas à vendre et Résolu nous ont dit que ce n'était pas dans leurs plans», a mentionné Claude Dupuis.

Le syndicat, pour sa part, reste à l'affût. Le président a d'ailleurs eu vent des rumeurs concernant des acheteurs potentiels. «On ne dit pas que ce serait une bonne ou une mauvaise chose, mais c'est sûr qu'on regarde venir ça. [...] En bout de ligne, peu importe l'employeur, ce que ça prend, ce sont des emplois», a conclu M. Martel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer