Un air de «retour vers le futur» pour Shalwin

Les 60 ans de Shalwin ont été célébrés... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Les 60 ans de Shalwin ont été célébrés en grande pompe jeudi. Sur la photo: les propriétaires Gilles Champagne et Gary Roy ainsi que le maire Michel Angers.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(SHAWINIGAN) «Nous avons toujours été présents dans le passé, nous le sommes dans le présent et nous le serons dans le futur». Voilà comment le directeur général Alexis Doucet a souligné les 60 ans de Shalwin en présence des propriétaires Gilles Champagne et Gary Roy et de quelque 200 clients et dignitaires.

D'ailleurs, la présence de la voiture à voyager dans le temps, la DeLorean, reflétait bien le thème de la soirée de jeudi, soit «Retour vers le futur». Et ce soir, ce sera au tour des 115 employés de bureau, d'usine et de chantier de célébrer cet anniversaire lors d'un événement organisé à Espace Shawinigan.

«Chez Shalwin, on veut faire différent des autres», a expliqué M. Doucet qui attribue le succès de l'entreprise au service à la clientèle et aux délais de livraison.

Fondée le 4 avril 1955, Shawinigan Aluminium Window, d'où Shalwin, a connu quatre emplacements différents dans son histoire. Or, remontant à l'an 2000, les dernières installations de l'avenue Georges-Bornais, dans le secteur Shawinigan-Sud, viennent de doubler de superficie pour un total de 70 000 pieds carrés, et ce, grâce à un investissement de 3,5 millions de dollars. On a ainsi profité de l'occasion pour rapatrier les deux sites d'exploitation qui se trouvaient en sol trifluvien.

«Tout ce qu'on installe, on le fabrique», précise le fabricant de portes, fenêtres et mur-rideaux en aluminium. Et si ses clients institutionnels et commerciaux sont partout au Québec, malgré une concentration dans les deux grands centres, la division Shalwin Contemporain vise à réaliser des projets résidentiels distinctifs et hauts de gamme depuis 2011. Des contrats qui varient de 10 000 dollars à près de cinq millions de dollars.

En 2015, l'hiver particulièrement froid a eu un effet de ralentissement sur les mises en chantier, ce qui fait que les dirigeants de l'entreprise s'attendent à une deuxième moitié d'année plutôt vigoureuse.

«Ceux qui donnent du bon service s'en tirent le mieux», conclut le directeur des finances chez Shalwin, Patrick Charette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer