Des syndiqués de Kruger rejettent l'entente de principe

Les membres du local 136 de l'usine Kruger... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Les membres du local 136 de l'usine Kruger à Trois-Rivières ont rejeté à 82 % l'entente de principe conclue entre la direction de l'entreprise et les représentants syndicaux.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(TROIS-RIVIÈRES) Les membres de la section locale 136 du Syndicat Unifor de l'usine Kruger à Trois-Rivières ont rejeté jeudi soir, à la hauteur de 82 %, l'entente de principe conclue entre leurs représentants syndicaux et la direction de l'entreprise le 24 avril dernier, forçant ainsi la reprise des négociations. Les syndiqués ont de plus donné un mandat de grève à leur exécutif syndical.

«Le contrat n'a pas été accepté. Nous allons retourner voir l'employeur pour continuer à négocier», a expliqué jeudi soir après le vote Steeve St-Pierre, représentant national du Syndicat Unifor.

«Ç'a été refusé dans une proportion de 82 % au niveau du local 136. Nous ne divulguons toutefois pas les résultats pour les trois autres unités syndicales [de l'usine].»

M. St-Pierre indique que les syndiqués qui ont refusé l'entente de principe «jugeaient que les offres n'étaient pas suffisantes». Pourtant, on laissait entendre lors de la conclusion de l'entente de principe que des gains avaient été obtenus pour les syndicats.

«Nous allons prendre le temps d'évaluer la situation durant les prochains jours. Nous allons reprendre contact avec l'employeur. Nous devons décanter la rencontre de ce soir [hier]», a-t-il ajouté en se gardant bien de dire quels points de l'entente de principe n'ont pas plu aux syndiqués du local 136.

Rappelons toutefois qu'en octobre dernier, des membres de ce syndicat ont manifesté pour dénoncer le recours à la sous-traitance. Des travailleurs avaient d'ailleurs distribué des tracts pour dénoncer cette situation.

Après avoir refusé l'entente de principe, des syndiqués ont voté, dans les mêmes proportions, un mandat de grève. L'exécutif syndical du local 136, qui représente les employés de métier et une partie de la production, a donc le mandat de déclencher une grève au moment jugé opportun.

Rappelons que les quatre unités syndicales de Kruger représentent près de 250 travailleurs. Ceux-ci sont sans contrat de travail depuis novembre 2014. Les négociations ont véritablement pris leur envol en janvier dernier. «De janvier à la semaine dernière, il y a eu près d'une trentaine de séances de négociation», note Steeve St-Pierre. «Ça se déroulait de façon respectueuse à la table de négociation.»

gabriel.delisle@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer