Briseurs de grève chez Delastek

Le moral tient bon chez les grévistes de... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le moral tient bon chez les grévistes de Delastek, setime le président du syndicat, Alexandre Maranger (premier à gauche).

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) À la suite d'une plainte de la section locale 1209 d'Unifor, l'enquêteur nommé par le ministère du Travail a constaté que Delastek avait recours à 13 briseurs de grève, dans un rapport reçu mardi en fin de journée.

«C'est exactement ce que nous prétendions et qui est au coeur du conflit. À l'exception d'une personne qui est entrepreneur, les 12 autres sont des salariés et pas des cadres, ces emplois devraient donc faire partie de notre unité d'accréditation. Et maintenant que nous sommes en conflit, ces travailleurs sont carrément des briseurs de grève», a commenté Luc Deschênes, représentant national d'Unifor.

Selon lui, Unifor va entreprendre les recours nécessaires afin que la Commission des relations de travail rende une décision dans le sens de ce rapport et ordonne à l'employeur de cesser d'avoir recours à des briseurs de grève.

Rappelons que la cinquantaine de membres d'Unifor sont en grève depuis le 1er avril dernier. Le conflit porte principalement sur le fait que des non-syndiqués effectuent des tâches réservées aux syndiqués, une situation que l'employeur refuse de reconnaître. D'autres points sont aussi en litige dont la représentation syndicale en santé-sécurité, les assurances et le libre choix des vacances.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer