Fonds de 200 millions $: le ministre Girard fait table rase

Dès la création du Fonds de diversification économique... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Dès la création du Fonds de diversification économique de 200 millions $, Jean-Guy Paré et Réjean Hardy (ci-dessus) ont été nommés coprésidents. Mais voilà que le gouvernement libéral décide de faire table rase et de remplacer les membres qui en assuraient la gouvernance par une dizaine d'entrepreneurs provenant de part et d'autre du fleuve.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Deux ans après le dévoilement des critères pour le Fonds de 200 millions de dollars sous le gouvernement péquiste, le ministre libéral Jean-Denis Girard fait table rase en intégrant plutôt dix entrepreneurs de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Du même coup, la nouvelle gouvernance marque la fin du règne des deux coprésidents Jean-Guy Paré et Réjean Hardy qui, au départ, occupaient ces fonctions à titre de président de leur centre local de développement respectif à Bécancour et Trois-Rivières.

C'est ce mercredi que le ministre délégué aux PME, Jean-Denis Girard, annoncera ces ajustements à la gouvernance du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie ainsi qu'au processus d'approbation des projets afin d'en améliorer l'efficacité.

Depuis la défaite du gouvernement Marois, ce n'était qu'une question de temps avant que les libéraux ne procèdent à un tel ménage du printemps. Car, sur le comité, on retrouvait le ministre péquiste Yves-François Blanchet, l'ancien député du PQ, Michel Morin, et le professeur de l'UQTR, Pierre-André Julien, qui avait d'ailleurs claqué la porte en fustigeant le gouvernement Couillard. Quant aux deux coprésidents, ils avaient participé récemment à une activité bénéfice du Parti québécois dans Nicolet-Bécancour.

Initialement, le groupe était complété par Nancy Déziel, du CNETE, qui avait quitté en raison de sa relation amoureuse avec le ministre Blanchet, Gaétane Désilets, alors mairesse de Bécancour, Nadia Ghazzali, rectrice de l'UQTR, et Maurice Richard, président-directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour.

Selon ce que Le Nouvelliste a appris, les dix entrepreneurs du nouveau Comité de diversification économique régional agiront à titre d'ambassadeurs du milieu et de démarcheurs. Cela remplacera la Table de diversification économique et le Comité d'examen des projets.

On retrouvera donc trois représentants de Bécancour, soit Marie-Josée Robichaud, de Service de Transformation Bécancour, Yvon Lavigne, de Construction Lavigne et Baril, et Marc Joseph, du Parc régional de la rivière Gentilly. Francine Clermont, des Industries Pro-Tac, à Saint-Célestin, et Christian Poudrier, de Posi-Plus Technologies, à Victoriaville, viendront compléter la représentation centricoise. À noter l'absence d'entrepreneurs de Drummondville et Nicolet pour la rive sud.

En Mauricie, les cinq membres du comité seront les suivants: Chantal Rochette, de FAB3R, et Alain Lemieux, d'Epsilia, de Trois-Rivières, Claude Bourassa, d'ICO Technologies, à Shawinigan, Michel Deveault, de Meubles Canadel, à Louiseville, et Audrey Genest, des Équipements Gaétan, à Lac-aux-Sables.

Or, certains des membres ont déjà reçu un coup de pouce du Fonds de 200 millions de dollars. C'est le cas d'Alain Lemieux, d'Epsilia, qui témoignera ce matin de son expérience pour démystifier ce programme d'aide post-Gentilly-2, aux côtés d'intervenants de Progi et Marmen lors d'une activité à l'hippodrome de Trois-Rivières.

Le comité de diversification 2.0 se chargera également d'autoriser les projets qui lui seront soumis. Il semble bien que les critères resteront passablement les mêmes. Sauf que les nouvelles orientations de gouvernance de ce fonds permettront de simplifier les structures afin d'accélérer le processus de traitement des dossiers et de mettre en place un plan d'action axé sur de nouveaux marchés potentiels. Bref, on veut en faire un outil plus simple et plus efficace.

Rappelons que le fonds de diversification économique offre des outils financiers dont les critères, dit-on, figurent parmi les plus souples des programmes gouvernementaux disponibles pour les entreprises.

Depuis l'arrivée du nouveau gouvernement, 58 projets ont été annoncés dans le cadre du fonds. Ils généreront des investissements de près de 65 millions de dollars, en plus de permettre la création et la consolidation de plus de 1900 emplois en Mauricie et dans le Centre-du-Québec. Mais dans les faits, près de 180 projets auraient été approuvés en tout depuis le début, pour des investissements de plus de 350 millions de dollars. Le quart de l'enveloppe de 200 millions de dollars est déjà utilisé.

Table de diversification économique (2013)

Réjean Hardy, coprésident

Président IDE Trois-Rivières

Jean-Guy Paré, coprésident

Président CLD de Bécancour

Yves-François Blanchet

Ministre régional

Gaétane Désilets

Mairesse de Bécancour

Nancy Déziel

Directrice générale du CNETE

Nadia Ghazzali

Rectrice de l'UQTR

Pierre-André Julien

Professeur de l'UQTR

Michel Morin

Historien et homme politique

Maurice Richard

PDG de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour

Comité de diversification économique (2015)

Centre-du-Québec

Marie-Josée Robichaud

Service de Transformation Bécancour

Francine Clermont

Industries Pro-Tac (Saint-Célestin)

Marc Joseph

Parc régional de la rivière Gentilly (Bécancour)

Christian Poudrier

Posi-Plus Technologies (Victoriaville)

Yvon Lavigne

Construction Lavigne et Baril (Bécancour)

Mauricie

Audrey Genest

Les Équipements Gaétan (Lac-aux-Sables)

Chantal Rochette

FAB3R (Trois-Rivières)

Claude Bourassa

ICO Technologies (Shawinigan)

Michel Deveault

Meubles Canadel (Louiseville)

Alain Lemieux

Epsilia (Trois-Rivières)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer