Pour aider les jeunes entrepreneurs

De gauche à droite, Maude Charbonneau, jeune entrepreneure... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

De gauche à droite, Maude Charbonneau, jeune entrepreneure et étudiante en marketing, Carole Chevalier, présidente de la Caisse Les Estacades, Robert Champagne, directeur du Service de la formation continue et aux entreprises du Cégep de Trois-Rivières, et le directeur, Raymond-Robert Tremblay.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Il aura fallu moins d'un an au Cégep de Trois-Rivières avant d'inaugurer sa Zone entrepreneuriale.

Le nouveau pavillon du Cégep de Trois-Rivières, qui est ouvert depuis un mois, occupe la bâtisse qui logeait depuis 50 ans la Caisse populaire Sainte-Famille, au 55 rue Fusey, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Le Cégep entend se servir de cet outil pour sensibiliser ses 4200 étudiants aux possibilités d'avenir qu'offre le démarrage d'entreprise et veut permettre à 300 étudiants de venir faire cette expérience chaque année en utilisant les services de la nouvelle Zone entrepreneuriale, là où l'on va tout faire pour supporter les entreprises naissantes de 0 à 5 ans au moment où elles sont reconnues comme étant le plus à risque d'échouer.

La présidente du conseil d'administration de la Caisse Desjardins Les Estacades, Carole Chevalier, s'est dit très heureuse hier, que le Cégep vienne dynamiser cette zone du secteur Cap-de-la-Madeleine. La Caisse a d'ailleurs supporté le projet par un don de 150 000 $ à la Fondation du Cégep grâce au Fonds d'aide au développement du milieu.

Cette nouvelle ressource n'est pas que pour les étudiants. On veut aussi apporter de l'aide aux adultes pour le développement de leur entreprise, explique le directeur général du Cégep de Trois-Rivières, Raymond-Robert Tremblay.

La Zone entrepreneuriale souhaite en effet devenir un chef de file en matière de formation en entrepreneuriat. «On ne veut pas que la Zone entrepreneuriale soit la chose du Cégep de Trois-Rivières, on veut que ce soit la chose de la communauté entrepreneuriale de Trois-Rivières», insiste M. Tremblay, en ajoutant que toute la région est visée aussi. «On a même des discussions avec Bécancour», dit-il.

«On ne veut pas s'intéresser simplement aux gens qui veulent partir en affaires, mais aussi aux gens qui sont déjà en affaires, les jeunes PME qui ont peut-être des besoins de formation pour elles-mêmes ou pour leur personnel», dit-il.

La Zone va aussi s'intéresser au développement du leadership.

Le maire Yves Lévesque indique que la Zone est liée avec Industrie et Développement économique Trois-Rivières. «C'est beau avoir des idées, mais IDE est là pour prendre le relais et les aider à monter leur plan d'affaires et faire en sorte que ça se réalise», dit-il. «Au Québec, on a deux fois moins d'entrepreneurs qu'ailleurs. Il faut mettre en place des infrastructures pour stimuler l'entrepreneuriat.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer