• Le Nouvelliste > 
  • Affaires 
  • > Stimuler l'entrepreneuriat et améliorer la productivité: des défis incontournables pour les régions 

Stimuler l'entrepreneuriat et améliorer la productivité: des défis incontournables pour les régions

Luc Ménard, vice-président principal, Investissement chez Desjardins Capital... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Luc Ménard, vice-président principal, Investissement chez Desjardins Capital de risque, était l'invité de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan mercredi matin.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le développement économique de la Mauricie et de tout le Québec ne pourra se réaliser sans relever deux défis cruciaux, soit la stimulation de l'entrepreneuriat et l'amélioration de la productivité.

Luc Ménard, vice-président principal, Investissement chez Desjardins Capital de risque, a livré ce message à près d'une centaine de personnalités d'affaires à l'invitation de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan, mercredi matin à l'Auberge Gouverneur.

Le conférencier du jour s'est inspiré d'une étude réalisée l'an dernier par Desjardins études économiques, avec la collaboration du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations. Intitulée «Pour un Québec plus prospère et plus entrepreneurial», elle constitue une réflexion sur les défis à relever pour les entreprises québécoises.

Lorsque la question de l'entrepreneuriat est abordée, le Québec tire de la patte par rapport au reste du Canada et la Mauricie part d'encore plus loin. Avec une population nettement plus âgée qu'ailleurs en province et plus de 23 000 postes à pourvoir entre 2012 et 2016, principalement en raison de départs à la retraite, la région doit s'intéresser de près aux principaux enjeux pour assurer sa prospérité.

L'étude identifie plusieurs travaux d'Hercule à accomplir, mais deux d'entre eux retiennent particulièrement l'attention de M. Ménard.

«S'il y a une chose à retenir, c'est que nos deux principaux défis à relever sont de stimuler l'entrepreneuriat et d'améliorer la productivité», témoigne-t-il.

Pour y arriver, M. Ménard souligne que la culture entrepreneuriale doit être valorisée, particulièrement auprès des jeunes. Il s'agit d'un refrain connu à Shawinigan; le vice-président principal a d'ailleurs tenu à souligner les mérites du Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins, qui a ouvert ses portes à l'automne 2012.

Du même souffle, M. Ménard suggère de faire la promotion des entrepreneurs à succès pour faire prendre conscience du rêve possible. À l'échelle provinciale, les Marc Dutil, Cora Tsouflidou, Christiane Germain et Jean Coutu se passent de présentation, mais le conférencier soulève que les belles histoires régionales doivent aussi être mises en valeur.

«Les deux tiers des personnes qui veulent devenir entrepreneurs le font dans leur région d'origine», précise-t-il. «Ça aide pour l'enjeu de la relève!» M. Ménard s'est avancé en citant les exemples de Claude Lessard et Lucie McCutcheon (Delastek), Francis et Louis Paquin (Groupe CLR), Yves Bastien et Carole Lampron (Transport Chaîné) et Sonia Tremblay (Auberge Gouverneur).

Le conférencier ne renie évidemment pas l'importance du financement dans le lancement d'entreprises, mais l'encadrement ne doit pas être négligé non plus.

«Le Québec se retrouve bon dernier dans la survie d'entreprises au pays; il enregistre le plus grand nombre de faillites annuellement», précise-t-il. «Nos économistes concluent en un manque de connaissances dans la gestion financière, avec des entreprises sous-capitalisées ou surendettées. Mais ce sont des choses que nous pouvons améliorer collectivement.»

PRODUCTIVITÉ

Pour M. Ménard, l'autre grand défi consiste à améliorer la productivité. Il souligne que l'innovation constitue un problème au Québec. Non seulement faut-il se tenir à la fine pointe de la technologie, mais les entreprises doivent également compter sur une main-d'oeuvre qualifiée pour tirer le maximum des nouveaux systèmes.

En plus de ces deux grandes priorités, le conférencier mentionne qu'il faut augmenter la disponibilité de la main-d'oeuvre, particulièrement dans le contexte d'une population vieillissante comme celle de la Mauricie. Parallèlement, au Québec, la population active se retire plus tôt du marché du travail.

«Comment peut-on garder nos employés plus longtemps?», questionne M. Ménard. «On doit changer les conditions de travail des plus âgés, favoriser le temps partiel et attribuer des mandats moins stressants ou moins physiques. On doit également mieux intégrer les immigrants sur le marché du travail.»

Affronter la concurrence étrangère et les nouveaux marchés constitue un autre défi, particulièrement exigeant pour les jeunes PME. Enfin, l'accès à du financement adéquat représente aussi un enjeu important.

«Pour assurer la prospérité d'une région, il faut des entreprises efficaces et productives», résume le conférencier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer