Une usine d'extraction de soie végétale va voir le jour à Saint-Tite

Une usine d'extraction de soie végétale verra le... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Une usine d'extraction de soie végétale verra le jour à Saint-Tite. L'annonce sera faite vendredi prochain.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) C'est finalement Saint-Tite qui a été choisie comme site d'une usine d'extraction de soie végétale qui, à moyen terme, pourrait créer jusqu'à 250 emplois si on arrive à l'alimenter suffisamment. Plusieurs régions étaient en lice pour ce projet dont la Montérégie et le Bas-Saint-Laurent, mais Daniel Allard, président de la Coopérative des producteurs de soie du Québec, espérait bien qu'il reviendrait à celle où l'idée a germé, soit la Mauricie.

L'asclépiade, une plante ignorée jusqu'à récemment qui pourrait... - image 1.0

Agrandir

L'asclépiade, une plante ignorée jusqu'à récemment qui pourrait connaître un avenir intéressant et créateur d'emplois pour la région.

Vendredi prochain, le ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean-Denis Girard, devrait confirmer la nouvelle sur place. Il s'agit d'un projet prometteur qui implique la mise en marche d'une usine d'extraction qui sera aménagée dans un immeuble déjà existant dans le parc industriel régional de Mékinac, situé à Saint-Tite.

La subvention ne proviendra pas du Fonds de diversification économique de la Mauricie et du Centre-du-Québec, comme on le croyait encore en janvier dernier mais bien du Programme d'appui au redressement et à la rétention d'entreprises stratégiques et aux territoires en difficulté du ministère de l'Économie, de l'Innovation et de l'Exportation. Elle sera versée à Industries Encore 3, une entreprise originaire de Granby et située à proximité du premier groupe de producteurs membres de la Coopérative Monark.

Industries Encore 3 se démarque par sa capacité d'extraction de fibre de soyer d'une efficacité qu'on dit unique au monde. Cette fibre qui fait partie d'un créneau d'excellence des matériaux souples, est offerte en vrac pour des utilisateurs industriels ou transformée en absorbant pétrolier. Les créateurs de vêtements sport s'y intéressent aussi de très près. Les débouchés de cette fibre semblent en fait quasi sans limites. S'il est question à court terme de 24 emplois, on parle de 250 emplois créés à partir des premiers 1000 hectares implantés. On en compte actuellement 350 dans la région. Les gens impliqués dans le projet rêvent même d'une deuxième transformation sur place après l'extraction et la première transformation.

Il s'agit d'une bonne nouvelle pour la dizaine de producteurs de cette plante en Mauricie qu'on retrouve principalement dans Mékinac, mais aussi des Chenaux et Maskinongé. On sait qu'on attendait cette annonce depuis quelques années déjà et qu'elle vient confirmer que la route de la soie végétale en Amérique passera bel et bien par Mékinac. Reste à voir maintenant si d'autres producteurs agricoles embarqueront dans le projet car le nerf de la guerre de ce nouveau créneau est la production. L'intérêt de cultiver l'asclépiade est que cette plante vivace ne nécessite pas des terres de première qualité. Sa rentabilité est aussi intéressante par rapport à d'autres productions. Par contre, il faut compter de 2 à 3 ans pour une première récolte. La plante qui connaît une floraison rose, est surnommée familièrement «petit cochon» . Elle ne requiert ni insecticide, ni fertilisant et ni arrosage artificiel. Son système racinaire très développé redonne au sol une matière organique en profondeur et redynamise son activité micro biologique. Elle favoriserait aussi l'épanouissement des insectes pollinisateurs tels les papillons (dont le Monarque) et les abeilles. Aucun traitement chimique n'est requis pour sa transformation

La subvention qui sera accordée vendredi, donnera un coup de pouce au démarrage de l'usine de Saint-Tite. La députée de Laviolette, Julie Boulet, prendra part à l'annonce de même que plusieurs élus municipaux de Mékinac et représentants du milieu économique et agricole.

Le maire de Saint-Tite, André Léveillé, qui suivait ce dossier de près depuis un bon moment, était heureux de la nouvelle. Il était d'autant plus satisfait de l'arrivée d'Encore 3, que la soie végétale est un produit nouveau dans un créneau en développement. «C'est en plein le genre d'entreprise que nous voulons pour Saint-Tite, sans compter les perspectives de troisième transformation. J'ai bien l'intention de parler d'Encore 3 dans notre kiosque, lors de notre prochaine exposition commerciale», a-t-il confié enthousiaste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer