70 emplois menacés chez Groupe Arsenault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Groupe Arsenault se bat pour sa survie. Aux prises avec un certain ralentissement des affaires, l'entreprise trifluvienne spécialisée dans les travaux de pavage, de déneigement et d'excavation est incapable de s'entendre avec un de ses prêteurs afin d'assurer la poursuite de ses activités. Elle doit donc suspendre ses activités.

Il y a environ deux ans, la compagnie regroupant quelque 70 employés a contracté un prêt de 4,9 millions $ auprès d'une entreprise spécialisée dans le capital de risque.

Le prêt est associé à des taux d'intérêt variant de 18 % à 30 %. Selon la direction de la compagnie, plus de 2,5 millions $ ont été remis à ce créancier.

La direction a passé de nombreuses heures à établir une stratégie pour corriger la précarité financière et a soumis un plan de règlement à ce créancier, sans succès.

Toujours selon un communiqué émis par la compagnie, le prêteur a acheminé un avis de retrait de paiement à tous les clients du Groupe Arsenault. Ce geste bloque toutes sources d'entrée de fonds, si bien que le Groupe Arsenault doit cesser ses activités pour l'instant, n'étant plus en mesure de respecter ses obligations financières.

Le Groupe Arsenault a déposé une proposition concordataire le 24 février. Une assemblée des créanciers devait avoir lieu hier. Il a été impossible de joindre la direction de la compagnie afin de savoir si le plan avait été accepté par les créanciers.

Toutefois, les créanciers non garantis n'avaient manifesté aucune opposition à ce plan en date du 5 mars, soit jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer