• Le Nouvelliste > 
  • Affaires 
  • > Marcotte Alimentation: le transfert à Saint-Nicolas reporté au 18 septembre 

Marcotte Alimentation: le transfert à Saint-Nicolas reporté au 18 septembre

Le transfert des activités de Marcotte Alimentation à... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le transfert des activités de Marcotte Alimentation à Saint-Nicolas entraînera la perte d'une cinquantaine d'emplois en Mauricie.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Au lieu de perdre leur boulot le 27 mars prochain, les 52 employés actuels de l'entreprise Marcotte Alimentation de Trois-Rivières bénéficieront d'un sursis de quelques mois alors que le transfert des opérations prévu vers Saint-Nicolas est reporté au 18 septembre.

«Nous ne sommes pas prêts à absorber le transfert, entre autres, au niveau logistique, et nous ne voulons pas mettre notre clientèle à risque», a expliqué au Nouvelliste le directeur général, Pierre Ledoux, évoquant la haute saison qui s'amorce.

En septembre 2014, Marcotte Alimentation était passée aux mains du Groupe Colabor inc. de Boucherville. Et en début d'année, le nouveau propriétaire annonçait le transfert de la majorité des activités vers Saint-Nicolas, entraînant la perte d'une soixantaine d'emplois en région. Depuis ce temps, quelques-uns ont déjà trouvé du travail ailleurs.

Mais pour les 52 travailleurs qui restent, le délai qui vient de leur être annoncé se veut une bonne nouvelle, selon M. Ledoux. «Ça va donner plus de temps aux employés pour prendre des décisions car ils peuvent être transférés», a-t-il indiqué.

On se rappelle que ce dossier avait suscité une mobilisation de la part des restaurateurs, sous la gouverne de Claude Villemure. À la suite d'une rencontre avec le président-directeur de Marcotte Alimentation, Jean-Guy Ladrière, l'instigateur du mouvement était d'avis que Québec doit remettre en question les règles d'octroi des contrats dans les institutions publiques afin d'éviter que des entreprises québécoises, comme Marcotte Alimentation en 2013, perdent d'importants contrats au profit d'entreprises américaines, très agressives sur le marché québécois. «Le transfert est une décision d'affaires que l'entreprise n'a pas eu le choix de prendre», avouait

M. Villemure. Celui-ci disait avoir réalisé que son appel à la mobilisation aurait dû avoir lieu il y a deux ans, lorsque le contrat d'approvisionnement des hôpitaux et centres de soins longues durées de la Mauricie et du Centre-du-Québec a échappé à l'entreprise de la région au profit d'un concurrent américain.

Rappelons que la différence dans les soumissions pour ce contrat de cinq ans de 7,5 millions $ par année n'était que de 35 000 $. La perte de ce contrat avait entraîné à l'époque la suppression de 30 emplois chez Marcotte.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer