ATrahan dans le giron d'Olymel?

On ne connaît pas encore la nature de... (Photo: archives Le Nouvelliste)

Agrandir

On ne connaît pas encore la nature de l'entente de partenariat proposée entre Olymel et ATRAHAN Transformation.

Photo: archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Yamachiche) ATrahan Transformation et Olymel viennent d'annoncer leur intention d'établir un partenariat d'affaires, un partenariat qui pourrait se traduire par une fusion ou l'intégration de l'usine de transformation de Yamachiche par le géant du porc québécois.

Les deux entreprises ont publié un communiqué mercredi annonçant «la conclusion d'une entente de principe dans le but d'établir un partenariat d'affaires visant l'exploitation commune de leurs activités d'abattage, de découpe et de transformation de viande de porc».

Cette entente de principe doit être entérinée d'ici le mois de mai après certaines vérifications de l'état de la situation et des livres comptables des deux entreprises. Un montant d'argent est relié à la transaction de partenariat, une somme gardée confidentielle.

«C'est avec énormément de confiance que nous envisageons de devenir partenaire d'Olymel. J'ai confiance que grâce à ce partenariat, l'entreprise dans laquelle la famille Trahan a investi énergie et passion durant près de 60 ans continuera de se développer», a déclaré par voie de communiqué le président d'ATrahan, Denis Trahan.

Le Nouvelliste a tenté de parler à M. Trahan pour obtenir des précisions quant à la nature de ce futur partenariat. Et on est peu bavard du côté du service des communications d'Olymel.

«C'est un partenariat d'affaires et il faut attendre les conclusions des discussions qui restent à faire», se limite à dire Richard Vigneault, responsable des communications corporatives chez Olymel, qui refuse de dire depuis combien de temps les deux compagnies ont commencé à se parler.

La direction d'ATrahan aurait toutefois amorcé des discussions avec deux acheteurs potentiels depuis les derniers mois.

«En tant que fournisseur, on savait qu'ATrahan voulait vendre à Olymel et à un acheteur de l'Ouest. Olymel a acheté un abattoir à Red Deer il y a deux ou trois ans et ils ont aussi acheté le Groupe Brochu, de Saint-Isidore-de-Beauce. Ça fait quelques semaines qu'il se trame quelque chose», mentionne André Auger, président du Syndicat des producteurs de porcs de la Mauricie et producteur dont la ferme porcine est voisine des installations d'ATrahan.

M. Auger croit que si Olymel se porte acquéreur d'ATrahan, le portrait du marché du porc va sérieusement changer pour les producteurs.

«Au Québec, on abat 140 000 porcs par semaine. ATrahan abat 18 000 porcs par semaine, Olymel en abat 70 000 . Si Olymel achète ATrahan, Olymel va posséder 60, 70 % du marché d'abattage et de transformation. Comme producteur, quand il y a plusieurs acheteurs, c'est toujours bon. Mais le pouvoir de vente n'est pas gros avec un seul acheteur. C'est ce que je crains comme producteur. La compétition, c'est toujours bon pour le marché.»

L'entente de principe prévoit que les deux entités vont continuer d'oeuvrer. Les 350 employés d'ATrahan Transformation, dont la convention collective renouvelé il y a un an est valide jusqu'en 2020,  poursuivront les opérations à l'usine de Yamachiche.

ATrahan a un chiffre d'affaires supérieur à 200 millions de dollars annuellement et vend ses produits dans plus de 50 pays. Pour sa part, Olymel affiche un chiffre d'affaires annuel de 2,8 milliards de dollars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer