Création de 22 emplois chez AGT

Le ministre régional, Jean-Denis Girard, et le président... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le ministre régional, Jean-Denis Girard, et le président d'AGT, Éric Bélanger, posant devant la cellule de peinture robotisée.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Avec un marché de l'exportation qui s'est avéré une véritable planche de salut, l'entreprise Avant-Garde Technologie (AGT), de Trois-Rivières, part à la conquête de l'Europe. Et elle pourra compter sur une aide de 493 900 $, provenant du Fonds de diversification économique, pour poursuivre le développement et la commercialisation internationale de son BeamMaster, un produit innovant permettant la production robotisée de charpentes métalliques.

«Notre gouvernement est fier de s'associer à un chef de file nord-américain qui a connu un essor remarquable au cours des vingt dernières années et qui a acquis une expertise de pointe dans son domaine. Grâce à ce projet, l'entreprise AvantGarde Technologie CFMA pourra s'imposer sur les marché mondiaux et saisir les occasions d'affaires prometteuses qui s'offriront à elle, en plus de créer 22 emplois spécialisés et d'en consolider 55 autres dans notre région», a souligné le ministre régional, Jean-Denis Girard.

La subvention de 250 000 $ et le prêt de 243 900 $ permettront d'appuyer un projet d'investissement évalué à 1 486 200 $. L'entreprise entend effectuer une mise à jour de son produit selon les types de profilés structuraux en usage en Europe, les pratiques d'assemblage de structures d'acier et les critères de conformité.

AGT se spécialise dans la conception et la fabrication de solutions technologiques et robotisées destinées aux entreprises manufacturières du secteur métallurgique. Et son président Éric Bélanger était fier de présenter, hier, son nouveau système robotisé de peinture intelligente.

Celui-ci a expliqué comment la technologie développée par son équipe de 70 professionnels est clairement une technologie de rupture pour le secteur industriel, c'est-à-dire, qu'elle rompt avec le marché existant et modifie le paysage économique en profondeur.

«L'économie au Québec est difficile. Les marges de manoeuvre sont de plus en plus serrées. Ceux qui exportent s'en tirent le mieux. En 2010, plus de 90 % des ventes étaient au Québec et basé globalement sur des projets sur mesure. Aujourd'hui, plus de 90 % des ventes sont à l'exportation et basées sur des produits et services à très haute saveur technologique», explique M. Bélanger.

D'ici les trois prochaines années, ce dernier prévoit créer 50 emplois strictement dédiés à la conception et la fabrication d'équipements utilisant les technologies Self-Learning Technology.

«Appuyer adéquatement nos entreprises pour qu'elles prospèrent, voilà la motivation première qui guide notre gouvernement dans la réalisation de ses actions et dans la mise en place de ses mesures. C'est l'esprit même du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie, qui permet de soutenir et d'accélérer la croissance d'entreprises performantes et innovantes», ajoute le ministre Girard.

En lien avec ce programme instauré sous le régime péquiste, le député de Trois-Rivières s'est plu à souligner les 6,5 millions de dollars annoncés par son gouvernement, «depuis notre arrivée», pour la création et la consolidation de plus de 300 emplois. «On sent qu'il y a une relance en Mauricie», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer