• Le Nouvelliste > 
  • Affaires 
  • > Vente des actifs de Laurentide: la fin du printemps apparaît plus réaliste 

Vente des actifs de Laurentide: la fin du printemps apparaît plus réaliste

La Ville de Shawinigan devra encore patienter quelques... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Ville de Shawinigan devra encore patienter quelques mois avant de savoir si son offre d'acquisition du site de l'ancienne papeterie Laurentide sera retenue par Produits forestiers Résolu.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La Ville de Shawinigan devra encore patienter quelques mois avant de savoir si son offre d'acquisition du site de l'ancienne papeterie Laurentide sera retenue par Produits forestiers Résolu.

Le processus de décontamination en cours constituera le point tournant des négociations. La phase 1, soit l'évaluation historique et des risques potentiels, est complétée. L'étape suivante consiste à réaliser des tests de sols afin d'obtenir l'évaluation la plus précise possible sur les coûts.

À partir de là, Produits forestiers Résolu négociera avec les acquéreurs potentiels pour connaître leur implication financière dans ces opérations de décontamination. Une décision importante, car la compagnie demeure responsable de la remise en état du terrain, et ce, jusqu'au traitement des terres contaminées.

«C'est clair qu'il n'y aura pas de demi-mesures», rassure Karl Blackburn, directeur principal, Affaires publiques et relations gouvernementales chez PFR. «Nous ferons ce qu'il faut pour nous assurer qu'il n'y aura aucun problème en ce qui concerne les règles environnementales de ce terrain. Il ne pourra pas arriver ce qui s'est produit à la Belgo, par exemple.»

Ainsi, des soumissionnaires ont pu s'avancer sur une estimation du montant à assumer pour la décontamination, sans toutefois en connaître le coût réel. D'autres ont pu déposer une offre plus élevée, en spécifiant toutefois que PFR doit éponger la facture de décontamination. Les coûts peuvent aussi varier selon l'utilisation future de la propriété.

Difficile d'avancer une estimation avec les informations disponibles, mais le porte-parole croit qu'il ne faut pas trop s'attarder aux scénarios de catastrophe. «L'usine a quand même 126 ans», rappelle-t-il. «Mais selon certaines perceptions, ce n'est probablement pas aussi pire qu'on pourrait le penser.»

Produits forestiers Résolu possède un délai de six mois après la fin des activités pour déposer son étude de caractérisation au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MDDELCC). Les deux parties ont dû s'entendre sur une date, car si la dernière machine à papier a cessé son exploitation à la mi-octobre, les derniers travailleurs ont quitté en décembre. Ces deux mois font une grande différence dans les délais, surtout qu'en hiver, le carottage devient plus compliqué en raison de la neige et du gel.

Or, le MDDELCC a maintenant fait son lit sur cette question. «Ils ont six mois pour nous déposer le rapport de caractérisation et nous considérons que la compagnie a cessé ses activités en décembre», précise Stéphanie Lemieux, porte-parole au ministère. «On s'attend donc à recevoir l'étude au début de l'été.»

D'ici là, Produits forestiers Résolu ne pourra vendre le site. «Tant que la phase 2 n'est pas complétée, il demeure une incertitude», explique M. Blackburn. «Cette information devrait apporter un éclairage significatif pour les groupes intéressés. Mais on en a encore pour quelques mois avant d'avoir une connaissance plus précise de la phase 2.»

Produits forestiers Résolu a pourtant organisé un appel d'offres qui s'est terminé le 31 janvier en connaissant très bien cette obligation. «On voulait accélérer le processus», confesse M. Blackburn. «En bout de piste, nous arrivons avec cette réalité où on doit connaître davantage la situation réelle de l'environnement sur le terrain.»

À la fin janvier, le maire de Shawinigan avait mentionné qu'il s'attendait à une réponse de la compagnie en février. «Dans le concret, on n'annonce rien tant que la phase 2 ne sera pas complétée», admet M. Blackburn.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer