Abolition de postes dans les CLD: «Une approche purement comptable»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Selon le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, le couperet qui vient de tomber sur les différents CLD n'est qu'un autre exemple de l'approche purement comptable de Québec.

«On retire des fonds, on brise les CLD et on leur dit ensuite de se débrouiller avec le reste. Et des dizaines d'agents de développement économique qui jouaient un rôle souvent déterminant auprès d'entreprises de chez nous vont ainsi perdre leur poste. C'est une coupe directe de services. De nombreux entrepreneurs vont désormais se sentir un peu orphelins, ou à tout le moins laissés à eux-mêmes», soutient-il.

Tout en admettant que les CLD ne soient pas parfaits, le représentant caquiste se dit convaincu que les services qu'ils offrent ont été au coeur du développement et de la croissance de nombreuses entreprises.

«Au fil des ans, les agents de développement économique qui oeuvrent au sein des CLD ont en effet démontré leur utilité en agissant comme de précieux conseillers et souvent même des partenaires, autant en ce qui concerne les questions reliées aux diverses formes d'aide gouvernementale que pour ce qui a trait à la gestion, à la recherche, au développement et à la mise en marché», poursuit-il.

Selon lui, cette expertise unique a été développée notamment pour assurer la naissance et la croissance d'une présence entrepreneuriale en région, «à l'intérieur d'une vision plus globale qui mettait l'accent sur la nécessité de créer et de maintenir une activité économique forte à l'extérieur des régions métropolitaines».

«Or, c'est tout cela qu'on est en train de remettre en question avec la disparition des CLD. Et c'est la bureaucratie qui risque de prendre tout l'espace», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer