Ouverture du Bureau de poste dans l'ancien Casablanca

Dès la fin mars, Le Casablanca fera place... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Dès la fin mars, Le Casablanca fera place au restaurant Le Bureau de poste.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Alors qu'un vent de morosité souffle sur le centre-ville de Trois-Rivières avec différentes fermetures, dont Le Casablanca qui vient de procéder à un encan, celui-ci sera rapidement remplacé par Le Bureau de poste, un concept de 30 assiettes à 4,95 $. «Nous sommes les Costco des restaurants. On en a six à Vancouver, dont Whistler, deux à Toronto, un à Montréal et un à Québec. Trois-Rivières était le suivant sur la liste. C'est un endroit qui a du potentiel», a expliqué au Nouvelliste l'un des copropriétaires, Mike Boisvert.

Quand on lui demande de quelle façon rentabilise-t-il ses affaires avec un tel prix de vente, il répond que le volume est la clé du succès. «On passe de 800 à 1000 assiettes par jour, 365 jours par année, de 11 h à 3 h du matin», précise celui qui prévoit une ouverture à la fin mars avec l'embauche d'une quarantaine d'employés.

Pour leur part, les propriétaires du Casablanca veulent se consacrer au développement des restaurants Angéline. Outre celui du centre-ville, un deuxième vient d'ouvrir ses portes sur le boulevard des Récollets et des villes telles que Drummondville, Québec et Sherbrooke pourraient bien voir apparaître la signature Angéline sur leur territoire.

La directrice générale de la Société de développement commercial de Trois-Rivières, Marie-Eve Croteau, se montre enthousiaste qu'une nouvelle place d'affaires comme Le Bureau de poste s'installe au centre-ville, surtout après une «vague de fermetures».

Pourtant, dit-elle, le taux de vacances de 8 % n'est pas catastrophique. Mais la disparition de commerces et de restaurants au rez-de-chaussée «frappe plus l'imaginaire».

«En 2014, il y a une vingtaine de places d'affaires qui ont ouvert, contrairement à 30-35 un an plus tôt», a admis Mme Croteau. Mais déjà, l'ancien local du Nouvel Homme, coin des Forges et Hart, ne sera pas laissé longtemps désert avec l'ouverture du restaurant Le Pot. Et il y a d'autres endroits, tels que le Souvlaki, qui procèdent à des rénovations. «Et il y a deux, trois trucs qui s'en viennent», a fait savoir Mme Croteau.

Ce qui n'empêche pas la SDC de se poser des questions et de réfléchir, d'où cette consultation qui est amorcée auprès des membres «pour se faire un plan de match», a-t-elle conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer