Dur, dur le commerce de détail

Le Centre commercial Les Rivières.... (Photo d'archives: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Centre commercial Les Rivières.

Photo d'archives: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Centre commercial Les Rivières, qui vient d'essuyer un dur coup avec la fermeture du magasin à grande surface Target, n'est pas le seul à plier un genou en cette période de ralentissement économique.

Alors que le pouvoir d'achat des Québécois recule (une première depuis 1996), que les augmentations salariales traînent de la patte derrière l'inflation et que le prix des aliments a grimpé de 3 % l'an dernier, les autres centres commerciaux de Trois-Rivières peinent à attirer de nouvelles clientèles, voire à maintenir ouvertes les portes des commerces qui y tiennent pignon sur rue.

Aux Galeries du Cap on parle de «période difficile». Après la restructuration de la chaîne de magasin d'électronique La Source, qui a mis la clé dans la serrure de sa succursale située du côté Est de la ville, s'ajoute l'arrêt des activités «d'ici deux semaines» d'un pilier du commerce de détail établi dans la cité de Laviolette il y a belle lurette, le magasin de cadeaux et de décoration Histoires d'eau. Rien pour remettre en confiance la directrice générale des Galeries du Cap, Guylaine Thibault.

«Le commerce de détail en général, ce n'est pas facile, car nous traversons une période difficile. Les temps sont difficiles pour les compagnies, donc pour les marchands et les fournisseurs. C'est toute la chaîne qui écope. Avec la fermeture d'Histoires d'eau, c'est un petit deuil que nous devons faire. Dans le commerce du cadeau, ce n'est pas facile non plus. Il faut être fort pour traverser ce contexte économique difficile», avoue Mme Thibault.

Même si elle demeure positive pour l'avenir, Mme Thibault convient que la Mauricie «n'est pas gâtée». «Il y a eu beaucoup de pertes d'emplois, donc la consommation familiale est en baisse», renchérit-elle, en souhaitant combler le plus prestement possible les quatre locaux actuellement vacants sur son mail.

Un son de cloche similaire résonne du côté Ouest de la ville. Lorsqu'on lui demande si le commerce de détail s'y porte bien, la directrice générale du Carrefour Trois-Rivières-Ouest, Nathalie Desbiens, répond en retournant la question par une évidence. «Je trouve la question drôle à ce temps-ci de l'année. Avec toutes les fermetures qu'on entend dans les médias, je ne sais pas comment on peut penser que le commerce de détail va bien?»

«Pour nous, 2015 sera une année de défis, mais on est quand même dans un vent qui est positif. Quand il y a des difficultés comme celles que nous traversons, il faut se montrer créatif», conclut Mme Desbiens. Cette dernière est confiante que les nouveaux locaux construits au Carrefour durant l'été trouveront chaussure à leurs 30 000 pieds carrés. Seulement en 2014, le Carrefour Trois-Rivières-Ouest a investi 6,5 millions $ pour rajeunir ses installations.

L'avènement à Trois-Rivières d'un mégasecteur commercial aux abords du pont Laviolette inquiète-t-il les galeries marchandes implantées depuis des lustres? Avec son million de pieds carrés disponibles pour l'implantation de nouvelles bannières, l'attrait des clients pour le changement et sa proximité géographique avec les grands axes routiers, le District 55, piloté par le Groupe Robin, sème déjà une dose d'inquiétude chez les détaillants. «J'ai envie de vous dire que je ne suis vraiment pas d'accord avec l'implantation du District 55», affirme sans ambages Mme Thibault. «Aucun des centres commerciaux n'est actuellement rempli à sa pleine capacité.»

«Les gens n'auront pas plus d'argent pour aller magasiner chez nous où dans le District 55. C'est une bien drôle de période pour ouvrir ce genre de site.» À son avis, le District 55 diluera «la même tarte» de clients potentiels, non sans conséquences pour tout le monde. «Notre part sera ainsi de plus en plus petite. On verra si la clientèle nous suit et demeurera fidèle.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer