Port de Trois-Rivières: la patience est de mise

Denis Lebel... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Denis Lebel

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le ministre Denis Lebel, qui a récemment confirmé la participation du gouvernement fédéral dans les travaux d'amélioration du port de Montréal jusqu'à un maximum de 43,7 millions $, a été appelé mercredi lors de son passage à La Tuque à commenter le dossier du port de Trois-Rivières.

Il a souligné que le processus suivait son cours, mais qu'il était incomplet.«C'est la même équipe de fonctionnaires qui accepte les dossiers de tous les ports et l'équipe nous dit qu'il y a encore des détails manquants. Au moment où on se parle, on n'a pas encore tout ce qu'il nous faut pour être capable de prendre une décision pour le port de Trois-Rivières», a souligné à La Tuque le ministre Lebel.

Le directeur général du port de Trois-Rivières, Gaétan Boivin, affirme de son côté que le ministre Lebel a raison, mais «pas tout à fait». Il indique en entrevue que les critères du programme d'infrastructures nationales sont faits principalement pour les projets de 100 millions $ et plus. Or, le projet du port de Trois-Rivières est évalué à près de 40 millions $ et on a du mal à remplir tous les critères du programme de financement.

«Nous travaillons à trouver une solution», a soutenu M. Boivin.

Malgré tout, le directeur général du port estime que le projet ira de l'avant. Il affirme que le ministre Lebel juge que le projet est intéressant et qu'il donne le temps à l'administration portuaire de bien faire son travail.

«Notre projet sera un exemple pour les différents ports du Canada. Mais il faut être patients», a ajouté avec confiance Gaétan Boivin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer