Compressions, taxes et austérité: le pire est à venir en 2015

Carlos Leitao... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Carlos Leitao

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Les Québécois qui se sont sentis bousculés par le grand branle-bas d'austérité budgétaire orchestré par le gouvernement Couillard en 2014 aimeraient croire que le pire est passé. Mais ils n'ont encore rien vu: l'année 2015 leur réserve encore bien des surprises.

Celle qui risque de toucher le plus directement le porte-monnaie des contribuables est cette grande réforme attendue de la fiscalité. Tout risque d'y passer: taxe à la consommation (TVQ), impôts, tarifs, crédits d'impôts, tant pour les particuliers que les entreprises.

Officiellement, la réforme visera à mettre en place un système fiscal plus efficace et plus équitable. Mais il faudrait être naïf pour ne pas appréhender un alourdissement du fardeau fiscal de la classe moyenne.

Le ministre des Finances, Carlos Leitão, qui doit déposer son prochain budget en mars, devrait annoncer alors la nouvelle structure fiscale dessinée pour piger dans les poches des contribuables. Il a déjà indiqué son penchant pour une nouvelle hausse de la TVQ, assortie, au moins pour certains, d'une baisse d'impôts.

Il a mandaté un groupe de travail, présidé par Luc Godbout, pour lui formuler des recommandations à ce sujet.

Le budget 2015-2016 aura une importance particulière pour le gouvernement, car il doit confirmer le retour à l'équilibre budgétaire, la priorité absolue du premier ministre Philippe Couillard. Le gouvernement doit encore trouver 1,1 milliard $ de dépenses à comprimer ou de mesures fiscales à imaginer, pour ne pas rater sa cible.

Cet objectif ambitieux dans le contexte actuel - certains diront un dogme, voire une obsession - forcera le gouvernement à accomplir d'autres pirouettes et contorsions budgétaires durant l'année qui vient ou piger encore un peu plus dans nos poches.

Au printemps, Québec avait fixé à 3,2 milliards $ la somme à comprimer dans l'appareil gouvernemental. C'est beaucoup d'argent en peu de temps. La hausse du tarif des garderies (un réseau qui gruge 2,3 milliards $ de fonds publics par année), annoncée au cours des derniers mois, n'est donc qu'un exemple parmi d'autres des «efforts» qui seront demandés à la population pour assainir à court terme les finances publiques.

Le gouvernement mise en bonne partie sur la commission Robillard pour boucler son budget. Le groupe de travail présidé par Lucienne Robillard doit remettre un rapport qui identifiera les programmes et services gouvernementaux à fusionner ou éliminer, de manière à réduire la taille de l'État et réduire d'autant ses dépenses.

Le grand ménage entrepris dans un premier temps dans les ministères et organismes par la commission Robillard, depuis juin, sera étendu en 2015 aux sociétés d'État.

En parallèle, le gouvernement devra appliquer au cours des prochains mois les diverses mesures annoncées en 2014: comme le gel de l'embauche et la réduction de 2 % de l'effectif de la fonction publique et les mesures de contrôle serré des dépenses destinées à l'appareil gouvernemental et aux élus telles que décrétées par le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

La grande inconnue: au bout du compte, dans quelle mesure les services directs à la population seront-ils touchés? Faudra-t-il payer pour des services actuellement gratuits?

Chose certaine, les secteurs de l'éducation et de la santé ne seront pas épargnés par la diète sévère imposée à l'État par le gouvernement Couillard.

Québec s'apprête à chambarder le palier intermédiaire de gestion du réseau de l'éducation: les commissions scolaires. Quel sera l'impact sur les taxes scolaires?

Dans les classes, les enseignants seront confrontés à une nouvelle exigence de Québec pour faire des économies: hausser le ratio maître-élèves. L'enseignant qui se retrouvera devant une classe de 35 élèves, dont certains avec des troubles d'apprentissage, va-t-il conclure que Québec n'a pas coupé dans les services à la population?

De son côté, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, va bousculer toute la structure et la gouvernance du réseau de la santé avec son projet de loi 10, qui abolit les agences régionales et cherche à éliminer un millier de cadres. La loi devrait être adoptée avant l'été. Le ministre Barrette doit aussi revoir le mode de financement des hôpitaux. Encore là, il est difficile de dire si le patient, en bout de ligne, sera enfin soigné plus rapidement, ou s'il s'agit d'un énième rebrassage de structures sans impact sur les listes d'attente.

Tout ce chambardement, causé par l'objectif d'atteindre l'équilibre budgétaire à très court terme, risque de mettre à rude épreuve la paix sociale. Un climat de tension est déjà installé, depuis l'adoption de la loi 3 qui a modifié le régime de retraites des employés municipaux, attisant leur colère. Chez les syndicats, les groupes de pression, dans une partie de la population, la grogne s'installe, l'opposition se mobilise pour 2015.

Une grande inconnue, qui sera déterminante pour l'atteinte du déficit zéro en 2015-2016, demeure l'issue du processus de négociations des conventions collectives des secteurs public et parapublic, dont la rémunération gruge 60 % du budget de l'État.

Les offres du gouvernement (gel des salaires pendant deux ans, 1 % d'augmentation les trois années subséquentes, hausse de la retraite de 60 à 62 ans) ont été reçues comme une gifle, une véritable insulte, par la partie syndicale, qui promet une riposte musclée. Il faut s'attendre à voir les fonctionnaires, enseignants, éducatrices en garderie et infirmières dans les rues en 2015.

Mais toute concession de la part du gouvernement risquerait, à ses yeux, de mettre en péril l'atteinte du déficit zéro. Il ne faut donc pas s'attendre à le voir lâcher beaucoup de lest.

Dans la partie de bras de fer qui s'engage, il reste à savoir de quel côté penchera l'opinion publique: celui des opposants ou du gouvernement, qui s'apprête à subir le véritable test de sa détermination à éliminer le déficit, quel que soit le prix à payer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer