Récolte record en 2014 pour les producteurs de canneberges

Le Québec n'est plus devancé que par l'État... (Photo: archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Québec n'est plus devancé que par l'État du Wisconsin au palmarès mondial des producteurs de canneberge.

Photo: archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Pour son vingtième anniversaire, l'Association des producteurs de canneberges du Québec (APCQ) aura enregistré un record sans précédent pour la récolte de 2014, totalisant un volume de 241 047 230 livres de fruits biologiques et conventionnels.

Ce résultat propulse le Québec au 2e rang mondial parmi les régions productives après l'État du Wisconsin, aux États-Unis. Le Québec renforce également son classement au 1er rang mondial pour sa culture biologique enregistrant une augmentation de production de l'ordre de 51 % par rapport à l'année 2013 pour atteindre 27 510 millions de livres de fruits cette année.

L'année 2014 détrône ainsi 2012, alors qu'une récolte record avait été enregistrée. «En 20 ans, nos rendements moyens sont passés de 13 000 livres à l'acre à près de 30 000 livres en moyenne à l'acre en 2014, pour la culture conventionnelle», a commenté le président de l'APCQ, Louis-Michel Larocque.

Cette année, ce sont 55 millions de livres de fruits supplémentaires qui ont été amassées en comparaison à la récolte record de 2012.

Pour l'Association, ce résultat démontre le progrès réalisé en vingt ans où l'on dénombrait une dizaine de producteurs récoltant sur approximativement 300 acres en production. «Aujourd'hui, la récolte totalise 48 fois plus de fruits sur une superficie de 24 fois plus grande qu'en 1994», souligne Monique Thomas, directrice générale de l'APCQ.

Une savante culture

2014 devient une année charnière pour les producteurs de canneberges du Québec. Il y a vingt ans, le 1er novembre 1994, sept producteurs décidaient de former une association. Cette dernière était devenue nécessaire pour défendre leurs intérêts, notamment auprès des autorités gouvernementales et se doter d'une plate-forme commune d'échanges et de transferts de connaissances.

Le Club Environnemental Technique Atocas Québec (CETAQ) a suivi et une génération d'agronomes et de dépisteurs a acquis, au fil des années, une expertise pointue sur la culture de la canneberge. Les producteurs se sont munis d'instruments à la fine pointe du développement technologique, des outils performants capables de contrôler les impacts climatiques sur les plants.

«Les nombreuses recherches traitant des pratiques culturales, de l'irrigation et des besoins de la plante ont notamment conduit la culture de la canneberge à cette vertigineuse croissance que l'on connaît aujourd'hui», conclutMme Thomas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer