Stimuler le goût d'entreprendre

Étienne St-Jean, Stéphanie Blais, Pierre Potvin, David Brouillette... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Étienne St-Jean, Stéphanie Blais, Pierre Potvin, David Brouillette et Andrew D'Amours sont cinq des six organisateurs du tout premier événement Startup Weekend tenu en Mauricie.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Six passionnés d'entrepreneuriat organiseront cet hiver un événement durant lequel on souhaite voir émerger une idée qui pourrait se transformer en véritable entreprise en Mauricie.

Andrew D'Amours, Pierre Potvin, David Brouillette, Alexis Lahaies, Stéphanie Blais et Étienne St-Jean présenteront un Startup Weekend les 27 et 28 février ainsi que le 1er mars à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Cet événement fait la promotion de l'entrepreneuriat et sert à transmettre des connaissances concrètes en lancement d'entreprises.

Quelque 100 personnes sont attendues à cette fin de semaine de remue-méninges, de réseautage, de validation d'idées et de structuration d'un prototype d'une entreprise. Les participants auront 54 heures pour y parvenir avec l'objectif que leur projet soit retenu, un exercice qui s'annonce intense.

«Les équipes vont travailler d'arrache-pied pour en arriver à un prototype d'entreprise et vont présenter leur projet à un groupe d'experts. Notre panel sera composé de gens qui ont eu du succès. Ils seront là pour aider et conseiller les participants et pour juger les présentations», explique M. D'Amours, consultant en gestion.

Le comité organisateur veut accueillir des gens qui sont intéressés par l'entrepreneuriat, peu importe leur âge. Si des gens ont une idée d'entreprise, ils sont les bienvenus.

La naissance de nouvelles entreprises dans la région est évidemment le souhait partagé par les organisateurs. Selon Étienne St-Jean, titulaire de la Chaire de recherche de l'UQTR sur la carrière entrepreneuriale, il est tout à fait possible d'y arriver en l'espace de 54 heures.

«Le vendredi, les équipes se forment. Il faut ensuite démontrer qu'il y a un marché, développer le produit. Il peut y avoir des entreprises fonctionnelles après le week-end», constate M. St-Jean, qui estime qu'un tel événement va stimuler, à moyen terme, les gens ayant une idée d'entreprise à plonger.

Une dizaine d'équipes devraient être formées au lancement de l'activité. Les meilleures idées seront gardées pour permettre leur développement au cours de la fin de semaine.

«Quarante pour cent (40 %) des idées avancent après le Startup Weekend», ajoute M. D'Amours, en soulignant que des entreprises ont été lancées à la suite d'autres événements du genre présentés un peu partout sur la planète.

L'équipe gagnante profitera du soutien de nombreux services afin de l'aider à réaliser son projet d'entreprise. Cela peut se traduire par la fourniture d'un local, la fourniture d'une connexion Internet, etc.

L'événement Startup Weekend a déjà été organisé dans 120 pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer