Disparition des CRE: inquiétudes en Mauricie

Gérard Bruneau... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Gérard Bruneau

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le désir du gouvernement Couillard de sabrer dans les structures de développement régional n'a évidemment pas reçu un écho très chaleureux à la Conférence régionale des élus de la Mauricie.

Joint lundi soir par Le Nouvelliste, le président de l'organisme et maire de Saint-Maurice, Gérard Bruneau, cachait mal son inquiétude quant à la survie de la CRE Mauricie. Affirmant ne pas avoir reçu d'avis officiel qui sonnait la fin de l'organisme, M. Bruneau a néanmoins avoué que bien des bruits de coulisses étaient venus à ses oreilles dans ce contexte de compressions budgétaires. «Il y a beaucoup de rumeurs qui circulent. On sait que tout est sujet à être réévalué. Tout est passé au peigne fin.»

Alors que le gouvernement libéral cherche à réduire considérablement ses dépenses, la CRE Mauricie a même récemment eu droit à des entretiens avec les députés régionaux et le ministre régional, pour faire ses représentations et exposer, en quelque sorte, les arguments en faveur de sa survie.

Des représentants des Conférences régionales des élus ont également eu l'occasion de présenter leur point de vue au ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT), Pierre Moreau.

«Même si je n'ai pas encore reçu d'indication, c'est préoccupant. La CRE, c'est un gros morceau qui joue un rôle important dans la vitalité de notre région. Sans la CRE Mauricie, ce serait difficile de maintenir une région forte avec le même niveau de concertation. S'il n'y a plus de CRE, ça va absolument prendre un autre organisme régional», estime M. Bruneau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer