La paix industrielle chez Arkema

L'usine de peroxyde d'hydrogène d'Arkema de Bécancour.... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

L'usine de peroxyde d'hydrogène d'Arkema de Bécancour.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Bonne nouvelle dans le parc industriel de Bécancour alors qu'une paix industrielle d'un minimum de huit ans vient d'être obtenue par la haute direction de l'usine d'Arkema auprès du comité exécutif des employés syndiqués (Unifor, local 228).

En effet, les deux parties ont paraphé une nouvelle convention collective d'une durée de huit ans avec une possibilité de prolongement jusqu'à dix ans.

En vertu de cette entente qui a été entérinée par un vote de 88 % par les membres du Syndicat, ceux-ci obtiennent, entre autres, des augmentations annuelles de l'ordre de 3 % pour la durée du contrat et une majoration de la contribution de l'employeur au fonds de retraite.

Le nouveau contrat de travail sera ainsi en vigueur jusqu'au 25 octobre 2022 avec une possibilité de renouvellement jusqu'au 25 octobre 2024. Les deux précédentes conventions avaient des durées de sept ans et sept ans et huit mois.

La direction d'Arkema se dit très satisfaite de pouvoir assurer à ses employés et à sa clientèle une stabilité à long terme. Pour le comité de négociation, cette entente est le résultat de relations de travail favorisant la coopération et permettant ainsi d'oeuvrer dans une organisation «performante, équitable et juste» et ce, dans un contexte de grande compétitivité.

Avec ses 53 employés, l'usine de Bécancour est la première usine de peroxyde d'hydrogène au monde à avoir obtenu la norme ISO 9002. En plus de compter plusieurs autres certifications, Arkema Bécancour a reçu différents prix prestigieux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer