La Mauricie doit être ingénieuse, selon le ministre Daoust

Le ministre québécois de l'Économie, de l'Innovation et... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le ministre québécois de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, invite des promoteurs de la Mauricie à faire preuve d'ingéniosité.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le ministre québécois de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, qui connaît bien la situation économique difficile de la Mauricie, estime qu'en dépit de son apparente austérité, il y a tout ce qu'il faut dans le dernier budget libéral pour venir en aide aux entrepreneurs de la région... à condition qu'ils fassent preuve d'ingéniosité.

«Dans un budget, on a plus tendance à voir ce qui est coupé qu'ajouté, observe-t-il. Quand une économie est mal en point, c'est avec des idées nouvelles qu'on s'en sort. Pour les projets novateurs, on a 150 millions $, et ce, dans un budget quand même difficile. Ça interpelle les gens novateurs et créatifs dans votre communauté. On a aussi baissé les impôts pour les PME manufacturières qui passent de 8 à 6 % dès cette année, et à 4 % l'an prochain, avec comme résultat que les CME (entreprises manufacturières exportatrices) devraient vouloir grandir.

Il y a aussi 125 millions $ dans Anges Québec, (des entrepreneurs d'expérience qui contribuent au lancement et à la croissance d'entreprises dans des domaines variés). Ce sont tous des outils disponibles pour faire grandir les régions du Québec. Et la Mauricie y a droit tant qu'elle veut.»

Là-dessus, le ministre ajoute que le Plan Nord est avant tout un Plan Sud et que sa relance devrait aussi bénéficier aux entreprises de la région sans oublier les investissements annoncés dans le milieu forestier, un secteur important de l'économie mauricienne, souligne-t-il.

IFFCO

Cela dit, plusieurs dossiers économiques importants sont surveillés de près par la communauté économique régionale, dont celui de l'usine d'engrais IFFCO à Bécancour, particulièrement bien engagé. Le ministre assure que Québec continue de soutenir cette entreprise.

«Au sujet du gaz naturel demandé, je pense qu'on est capable de régler cette partie-là de l'équation, explique-t-il. Il y a une allocation faite à Hydro-Québec pour une centrale au gaz naturel qui n'opère pas. Ce qui est particulier et qui est une des forces de Bécancour, c'est que le gaz naturel s'y rend. La centrale au gaz naturel TransCanada Energy a des quotas de gaz naturel qui lui sont alloués par l'Ouest et qui font partie de la capacité de livraison du Québec. Il s'agit de rediriger ces allocations non utilisées en ce moment, le temps que Gaz Métro ait la capacité de la fournir de manière régulière et récurrente. Peut-être que je ne devrais pas vous le dire, mais c'est dans cette direction-là que ça s'en va. Je suis confiant.»

RER Hydro

Dans le dossier RER Hydro, un fabriquant d'hydroliennes, soutenu par le gouvernement péquiste parce qu'il devait compenser en partie pour la perte de 800 emplois de Gentilly-2, le ministre Daoust a déjà fait savoir qu'il était fermement opposé au rachat de cette entreprise fortement endettée.

«Ce projet sur lequel j'ai travaillé pendant 2 ans a beaucoup de plomb dans l'aile, car il n'y a pas de commandes. À savoir si on a autre chose à proposer, laissez-moi vous dire que j'ai remarqué que lorsqu'on parle à des entreprises dans le monde qui ont fait affaire avec un site locator, le nom de Bécancour sort plus souvent que Montréal. Ce parc industriel a beaucoup d'atouts. Ce qu'il faut faire, c'est fermer les transactions. On a des choses actuellement dans le moulin qui devraient intéresser la région. Mais les grands projets sont longs à se matérialiser. On n'oublie pas Bécancour, bien au contraire.»

Silicium Québec

Sur la question de l'arrivée de l'usine espagnole FerroAtlàntica et de son impact sur Silicium Québec à Bécancour, le ministre répète qu'il y a de la place pour deux producteurs de silicium au Québec et que si cette usine et ses 300 emplois ne s'implante pas au Québec, elle le fera ailleurs au Canada et que ce sera tout de même une concurrente de Silicium Québec. Jacques Daoust n'en démord pas «il se fabrique 100 000 tonnes de silicium en Amérique du Nord, nous en fabriquons 50 000 tonnes et il y a un besoin de 300 000 tonnes par année. Je n'ai pas d'inquiétude pour Silicium Bécancour. Il y a encore beaucoup d'espace dans le marché. Il faut cesser d'importer.»

Lorsqu'on lui fait remarquer que ses arguments ne convainquent pas le député de Nicolet Bécancour, Donald Martel, il répond en boutade que c'est parce qu'il ne l'écoute pas lorsqu'il répond à ses questions. «D'ailleurs, il n'y a pas si longtemps il était d'accord», rappelle le ministre. M. Martel favorisait alors le site de Bécancour, par contre. Les chiffres avancés par le ministre sont par ailleurs contestés par Silicium Québec.

Kruger

Également au fait du dossier de l'usine pilote de filaments de cellulose chez Kruger et d'une contribution déjà annoncée de 15 millions $ le ministre admet qu'il ne sait toujours pas d'où proviendra l'argent car on ignore encore s'il s'agira d'une aide financière ou subventionnaire ce qui déterminera sa provenance. Comprendre: d'Investissement Québec ou du Fonds de diversification économique.

Fonds de diversification économique

Enfin, le ministre Daoust confirme les dires du ministre délégué Jean-Denis Girard à l'effet que des nouvelles seront annoncées prochainement dans le cadre du fonds de diversification économique.

Il dit constater toutefois que de manière générale plusieurs dossiers économiques «sont mal ficelés» actuellement, et qu'il veut tout revoir «afin de s'assurer qu'on n'a pas pris trop de risques seulement à des fins électoralistes.» (Une quarantaine de dossiers seraient en attente d'une annonce) «On ne veut pas faire des annonces qui vont mourir au bout d'un an sous prétexte que c'était mal structuré» prévient-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer