Fonds de 200 M$: création de 60 emplois au Centre-du-Québec

photo: sylvain mayer Dans l'ordre habituel, on retrouve... (PHOTO: SYLVAIN MAYER)

Agrandir

photo: sylvain mayer Dans l'ordre habituel, on retrouve Nancy Boulanger, de la Fromagerie L'Ancêtre, Guy Lacerte, de Thermoforme d'Amérique, Yves-François Blanchet, ministre régional, Karl Grondin, représentant de la Corporation de promotion et de développement de Bécancour, et Pierre Lavigne, d'Oriens Technologies.

PHOTO: SYLVAIN MAYER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Après avoir permis la création de 100 emplois chez Marmen, à Trois-Rivières, le fonds de diversification économique contribuera à créer 60 emplois sur la rive sud en plus d'en consolider 140 autres. En autorisant des prêts de l'ordre de 2,7 millions de dollars, quatre entreprises pourront réaliser des projets dépassant les 14,4 millions de dollars en investissements: Fromagerie L'Ancêtre, Oriens Technologies, Corporation de promotion et de développement de Bécancour, Thermoforme d'Amérique à Nicolet.

«Ces annonces de millions de dollars, moins d'un an après la mise sur pied du comité, confirment l'efficacité remarquable de la démarche. Et à ce jour, les entreprises des deux régions ont présenté plus de 90 dossiers», a lancé le ministre régional, Yves-François Blanchet, seul représentant de son gouvernement.

D'abord, la Corporation de promotion et de développement de Bécancour souhaite implanter un incubateur d'entreprises du secteur des technologies propres dans une usine désaffectée située sur l'ancien site LaPrade.

Afin d'évaluer la faisabilité de ce projet et d'élaborer un plan d'affaires, une contribution financière non remboursable de près de 120 000 $ est attribuée à l'organisme. La réalisation de ces deux étapes préliminaires à la mise en place de l'incubateur est estimée à près de 256 000 $.

Le Plan de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie, mis en place dans le cadre du fonds, préconise qu'un effort particulier soit consenti afin de soutenir l'essor des technologies vertes.

L'implantation d'un tel incubateur d'entreprises contribuerait ainsi à la croissance d'un secteur d'avenir dans la région, en plus de stimuler l'entrepreneuriat, qui est à la base du développement régional et de la création d'emplois. La concertation entre les acteurs du milieu au sein d'une telle infrastructure ainsi que l'encadrement des entrepreneurs favoriseraient la pérennité des entreprises émergentes de ce secteur. De plus, le site industriel convoité pour le projet trouverait une nouvelle vocation orientée vers le développement durable.

Ensuite, la Fromagerie L'Ancêtre réalisera un projet d'agrandissement et d'acquisition d'équipements évalué à près de 2,6 millions de dollars. En plus de consolider 48 emplois au sein de la fromagerie, ce projet, qui bénéficie d'un prêt de 643 500 $, permettra la création de cinq nouveaux emplois.

«J'ai l'impression de venir chercher un prix et un prêt est aussi important qu'une subvention directe», a déclaré la représentante de l'entreprise, Nancy Boulanger.

À son avis, cette aide financière va permettre à L'Ancêtre de continuer à «jouer dans la cour des grands». 

Pour sa part, créée en 2010, Oriens Technologies est une entreprise en démarrage qui souhaite implanter une usine de transformation de résidus industriels en vue de créer un nouvel additif cimentaire. L'ajout de cet additif confère de meilleures propriétés en matière de durabilité et de performance lors de la fabrication d'ouvrages en béton et de produits de maçonnerie, tels que les pavés unis, les blocs de soutènement et les ponceaux. Elle propose ainsi à ses clients une solution environnementale innovatrice et sécuritaire pour la transformation de leurs résidus.

Ce projet est estimé à six millions de dollars, dont près de 1,3 million de dollars sont attribués sous forme de prêt. Il créera, dans un premier temps, 35 emplois dans la région et générera des retombées économiques et environnementales favorables pour le Québec. Et pour le promoteur montréalais, Pierre Lavigne, le fonds survient au moment opportun.

Finalement, Thermoforme d'Amérique fabrique des portes d'armoire à l'aide d'un procédé d'application de finis en polychlorure de vinyle (PVC) qu'elle a mis au point. L'entreprise réalisera un projet d'expansion, évalué à près de 5,6 millions de dollars, qui créera 21 emplois, en plus d'en consolider 89 autres. Le gouvernement du Québec attribue un soutien financier remboursable de 650 000 $ pour appuyer la réalisation de ce projet comprenant deux phases.

La première phase vise l'agrandissement de l'usine de laminage de l'entreprise de même que l'acquisition d'un bâtiment et d'un terrain avoisinants. Quant à la deuxième phase, elle consiste en un réaménagement des sections actuelles de l'usine principale ainsi qu'en l'achat d'un autre terrain, ce qui permettra l'installation d'une nouvelle machine de production en série.

Parmi les objectifs évoqués par le président Guy Lacerte pour 2014, il y a la conquête du marché ontarien et l'augmentation des ventes.

Quand on lui fait remarquer qu'on est toujours loin du compte par rapport aux 800 emplois de qualité perdus à Gentilly-2, le ministre Blanchet réplique que les premières sommes provenant du Fonds de 200 millions de dollars ont déjà permis d'annoncer la création de 150 emplois. Et d'autres annonces sont à venir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer