Colisée: pas de pelletée de terre avant les élections

Le projet de construction du nouveau colisée dans... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le projet de construction du nouveau colisée dans le District 55 à Trois-Rivières ne prendra vraisemblablement pas son envol avant les élections municipales.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le projet de construction du nouveau colisée dans le District 55 à Trois-Rivières ne prendra vraisemblablement pas son envol avant les élections municipales, tel que l'avait souhaité le maire Yves Lévesque.

Yves Lévesque aurait aimé que la première pelletée... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Yves Lévesque aurait aimé que la première pelletée de terre du nouveau colisée soit effectuée avant les élections municipales.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Le Nouvelliste a en effet appris que l'ouverture des soumissions pour l'octroi du contrat de construction a été repoussée, cette fois de huit semaines. Une nouvelle qui pourrait avoir une incidence sur la réalisation même du projet, dépendemment du résultat de l'élection municipale.

L'ouverture des soumissions des compagnies intéressées à construire le nouveau colisée de deux glaces, dont une qui comptera 5000 sièges, devait au départ se faire ce jeudi 14 septembre.

Étant donné le processus de préqualification des soumissionnaires ainsi que le délai nécessaire à présenter la résolution au conseil municipal, on pouvait s'attendre à ce que le contrat soit octroyé à la séance du 4 octobre, dernière séance du conseil avant les élections, advenant un vote majoritaire ou unanime du conseil municipal.

Or, c'est à la demande des soumissionnaires que ce nouveau délai a été accordé, explique le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant. «À la demande des soumissionnaires, l'ouverture a été repoussée de huit semaines. Ils nous ont indiqué vouloir bénéficier de plus de temps pour peaufiner les propositions en vue de la construction. Le comité responsable du suivi pour le colisée a acquiescé à leur demande», indique M. Toutant.

Ce n'est donc pas avant le 9 novembre, soit quatre jours après les élections, que les projets seront soumis au comité de sélection qui fera ensuite sa recommandation au conseil municipal pour l'octroi final du contrat de 53,6 M$, dans une séance de travail ultérieure.

Le maire Yves Lévesque ne cache pas qu'il aurait aimé donner une pelletée de terre avant les élections, tel qu'il l'avait annoncé depuis plusieurs mois déjà. 

«On m'a expliqué que si le comité n'avait pas accepté le délai demandé par les soumissionnaires, on aurait pu perdre certains de ces soumissionnaires, parce qu'ils n'avaient pas suffisamment de temps pour présenter un projet conforme aux exigences de la Ville. Oui, j'aurais aimé que ça se fasse à l'automne, mais c'est mieux pour la Ville si on peut avoir un maximum de soumissionnaires et des soumissions qui entrent dans les coûts demandés et les critères exigés», admet Yves Lévesque.

Jean-François Aubin... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

Jean-François Aubin

François Gervais, Le Nouvelliste

André Bertrand... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 2.1

Agrandir

André Bertrand

François Gervais, Le Nouvelliste

Projet compromis?

Le candidat à la mairie, Jean-François Aubin, à qui Le Nouvelliste a appris la nouvelle mardi après-midi, s'est dit très surpris, mais surtout heureux de voir que la décision finale du contrat de construction du colisée serait prise par le futur conseil municipal, soit les élus qui seront imputables pour les quatre prochaines années.

Ce dernier ne cache pas que s'il est élu maire, il souhaite faire la lumière sur l'ensemble du dossier, notamment des études commandées quant à la réfection de l'ancien colisée, avant d'aller de l'avant avec le projet.

«Je suis heureux que ce soit reporté parce qu'il n'y a pas d'urgence. Les prochains élus décideront. Je veux d'abord finir d'éclaircir le dossier. On a deux études qui donnent d'autres coûts, et on n'a pas encore bien saisi le mandat qui a été donné. Il faut regarder les comparaisons et évaluer ce qui serait le mieux pour la capacité de payer des contribuables par rapport à nos besoins», indique Jean-François Aubin, qui n'hésiterait pas à modifier le projet si son évaluation devait en arriver à cette conclusion.

M. Aubin admet aussi avoir hâte de connaître les raisons de ce nouveau report. «Est-ce parce qu'on a demandé trop de modifications aux soumissionnaires? Est-ce parce qu'on n'arrive pas à respecter l'enveloppe budgétaire? J'aimerais bien savoir», ajoute-t-il.

Le maire Yves Lévesque demeure confiant de voir le projet se concrétiser dans sa forme actuelle, à 5000 places. D'ailleurs, il précise que la Ville pourrait devoir faire face à des poursuites à ce moment-ci du processus si le projet devait être modifié ou carrément abandonné par le prochain conseil, étant donné que l'aspect juridique d'un appel de qualifications, comme dans le cas présent, n'est pas le même qu'un simple appel d'offres.

Pour sa part, le candidat à la mairie André Bertrand profiterait aussi d'une sérieuse réflexion sur le dossier s'il devait être élu maire le 5 novembre prochain.

«Nous avons déjà des coûts qui ont été engendrés, comme l'achat du terrain et les services municipaux. Est-ce que le fait de modifier pour un projet plus petit engendrerait des coûts que nous ne connaissons pas, ou des délais supplémentaires? Ce sera certainement une analyse très approfondie que je ferai avec le prochain conseil», mentionne-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer