Système de son de l'Amphithéâtre: 125 000 $ pour régler le litige

Le système de son de l'Amphithéâtre Cogeco avait... (Olivier Croteau)

Agrandir

Le système de son de l'Amphithéâtre Cogeco avait fait couler beaucoup d'encre à l'été 2016

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le litige opposant la Ville de Trois-Rivières et l'entreprise Le Diplomate Audiovisuel, fournisseur du premier système de son acquis pour l'Amphithéâtre Cogeco en septembre 2014, s'est réglé dans une entente à l'amiable, menant la Ville à verser 125 000 $ à l'entreprise de Laval.

On se souviendra que la Ville avait fait l'acquisition d'un premier système de son en 2014 à cette entreprise qui avait remporté l'appel d'offres public.

Le système, acquis au coût de 857 000 $, n'avait toutefois pas répondu aux attentes, avait soutenu la Ville à l'époque. Le système avait donc été remisé à l'été 2015 et l'équipe de l'Amphitéâtre Cogeco s'était tournée d'urgence vers la location d'un système de son plus performant pour la prestation du premier spectacle du Cirque du Soleil à Trois-Rivières.

De son côté, Le Diplomate Audiovisuel avait toujours soutenu que le système en place répondait aux exigences mentionnées dans le devis technique de l'appel d'offres public, et disait avoir tout mis en oeuvre pour répondre aux exigences de la Ville, mais en vain.

L'entreprise n'a cependant jamais reconnu avoir fourni un équipement qui ne répondait pas aux attentes de la Ville telles qu'exigées lors de l'appel d'offres.

L'été dernier, la Ville a remis en vente le système de son entreposé et a pu en obtenir 362 171 $. Elle a du même coup fait l'acquisition d'un système de son plus performant au prix de 720 296 $, étant donné que certains équipements techniques achetés du premier système pouvaient être conservés. 

En août dernier, Le Diplomate audiovisuel avait entamé une poursuite de 271 340 $ contre la Ville, soit l'équivalent du reste du montant à payer pour l'achat du système de son ainsi que pour des travaux supplémentaires que la Ville ne reconnaissait pas.

De son côté, la Ville poursuivait aussi Le Diplomate Audiovisuel pour un montant de 102 000 $ afin de rembourser les frais encourus par la location d'un système de son temporaire à l'été 2015.

Lundi soir, le maire suppléant René Goyette a indiqué qu'il s'agissait d'une excellente entente dans les circonstances, puisque juste en solde contractuel et en retenue de contrat, la Ville devait un peu plus de 150 000 $ à l'entreprise. 

«Au final, on a un système de son qui satisfait tout le monde. Si on avait acheté ce système de son au début, ce serait revenu au même prix. Tous les artistes s'en servent, même Céline Dion. On a un système qui répond à la demande et qui fait que nous sommes maintenant dans les grandes ligues», signale René Goyette.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer