Élections municipales: Carole Chevalier ne sera pas de la course

Carole Chevalier ne sera finalement pas de la... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Carole Chevalier ne sera finalement pas de la course à la mairie de Trois-Rivières en 2017.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La directrice générale du Centre d'action bénévole Du Rivage, Carole Chevalier, ne se lancera finalement pas dans la course à la mairie de Trois-Rivières pour l'élection municipale de novembre prochain.

Mme Chevalier, qui avait laissé savoir il y a quelques semaines qu'elle était en sérieuse réflexion pour faire le saut en politique municipale, aura plutôt choisi de privilégier sa famille, et surtout ses petits-enfants.

«Ce n'est pas par manque d'intérêt, loin de là, et j'étais un peu déchirée. Mais finalement, le coeur a tranché. J'ai cinq petits-enfants qui ont en bas de trois ans. Et je sais ce que c'est que la vie d'un maire ou d'une mairesse. C'est extrêmement prenant. J'ai choisi de privilégier ma vie familiale et ma santé», explique Mme Chevalier.

Celle qui est également présidente du conseil régional Mauricie pour le Mouvement Desjardins constate qu'il aurait été difficile pour elle de concilier une carrière en politique et sa volonté de pouvoir être présente le plus possible pour ses petits-enfants.

«C'est du bonheur à l'état pur que de passer du temps avec eux. Dans quatre ans, ils seront déjà rendus à l'école. Ça va tellement vite la vie alors je veux en profiter pendant que ça passe», mentionne celle qui explique aussi que son conjoint a récemment perdu un grand ami, subitement, à l'âge de 62 ans.

«Ça nous a donné un grand coup et on se rend compte à quel point les choses sont fragiles. Je suis peut-être rendue au stade de diminuer la cadence. Si j'avais eu 40 ou 50 ans, j'aurais probablement fait le saut sans hésiter», confie-t-elle.

Mme Chevalier avait indiqué, lors de la confirmation de sa réflexion, avoir été approchée par plusieurs personnes de différents milieux pour l'inciter à se porter candidate à la mairie. L'annonce publique de sa réflexion aura généré un flot d'encouragements dont elle se dit encore surprise et touchée aujourd'hui.

«Je veux remercier les gens qui m'ont approchée. Je suis restée sans voix devant tous les appuis qui m'ont été manifestés. Ça nous a énormément touchés, mon conjoint et moi. C'est une belle manifestation de confiance et je remercie chacune de ces personnes. Je sais que ma décision va sans doute décevoir certaines personnes, mais je suis certaine que les gens vont comprendre ce qui a motivé mon choix», a-t-elle fait savoir.

Quant à l'élection de novembre prochain, même si elle ne sera pas de la course, Mme Chevalier croit qu'il y aura une course à la mairie. «Je crois qu'il y aura de l'opposition, et je garde confiance que les bonnes personnes pourront se présenter pour solliciter un mandat. Moi je suis une fille d'équipe, et je fais confiance aux citoyens de Trois-Rivières qu'ils sauront faire le meilleur choix», a-t-elle simplement commenté.

Jean-François Aubin

Rappelons que le conseiller municipal du district Marie-de-l'Incarnation, Jean-François Aubin, est lui aussi en réflexion quant à une éventuelle candidature à la mairie en novembre prochain, et devrait faire connaître sa décision après les Fêtes.

Questionné à savoir si cette décision de la part de Mme Chevalier changeait quoi que ce soit à sa réflexion, M. Aubin souligne que différents facteurs influenceront sa décision, et non seulement ce simple facteur. 

«Je dois aussi me questionner à savoir si j'ai les appuis nécessaires, ce que j'ai envie d'aller défendre et aussi l'impact que ça aura sur ma vie personnelle. Évidemment qu'on regarde qui d'autre se présente, mais ce n'est pas la seule raison qui motiverait ma décision», souligne celui qui constate qu'il est tout de même inhabituel que les discussions concernant la course à la mairie se fassent si tôt dans une année électorale.

«D'habitude, les gens s'annoncent bien après les Fêtes, et même durant l'été. On est encore très tôt dans l'année pour ça», ajoute-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer