Un budget électoraliste?

Le conseiller municipal de Marie-de-l'Incarnation, Jean-François Aubin.... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le conseiller municipal de Marie-de-l'Incarnation, Jean-François Aubin.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le conseiller municipal Jean-François Aubin estime que l'actuel mandat du conseil municipal devra être jugé sur les quatre budgets des quatre années où le conseil a siégé, et non seulement sur l'augmentation minime annoncée en ce début d'année électorale.

Il a d'ailleurs ironisé la chose lui-même, en lançant qu'il serait bien que toutes les années soient des années électorales.

Celui qui ne cache pas être en réflexion pour une candidature à la mairie croit qu'il était très stratégique de proposer une hausse très minime du compte de taxes.

«C'est comme un gouvernement qui coupe, qui coupe, qui coupe, mais l'année avant l'élection donnera plein d'argent. Après ça, on est surpris que les gens soient un peu cyniques face à la politique. Je trouve que ce n'est pas une bonne pratique à ce niveau-là, qu'on devrait davantage travailler dans l'ensemble d'un mandat à être capable de répartir les choses et avoir de petites augmentations», soutient-il.

Toutefois, le conseiller, au même titre que l'ensemble de ses collègues, a voté en faveur du budget 2017.

«À 0,9% c'est un peu difficile de faire mieux quand on tient compte du coût de la vie. La préoccupation maintenant, c'est au niveau de la dette. Ça reste un défi. Est-ce qu'on va vraiment réussir à baisser dans les années qui viennent avec les investissements annoncés? M. Lévesque semble y croire. On a hâte de voir», a-t-il ajouté.

Jean-François Aubin entend laisser passer la période des Fêtes pour alimenter sa réflexion quant à la mairie, et pourrait faire connaître sa décision vers la fin du mois de janvier.

Questionné à savoir s'il s'agissait d'un budget électoraliste, le maire Yves Lévesque a balayé cette hypothèse du revers de la main. «Si c'était électoraliste, j'aurais proposé un gel de taxes, et nous aurions laissé tomber certains investissements pour y parvenir. Ça, ça aurait été électoraliste», a-t-il simplement lancé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer