Travaux autour du lac à la Tortue: Giguère travaille à repousser l'échéancier

Les activités pourraient se dérouler simultanément sur deux... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les activités pourraient se dérouler simultanément sur deux chantiers pour respecter l'échéance du 31 mars 2018.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Maintenant que le suspense du registre a été franchi sans dommage, le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère, travaille à repousser l'échéancier des travaux d'assainissement des eaux usées et d'aqueduc autour du lac à la Tortue. S'il détecte peu d'ouverture pour le moment, il comprend l'importance de cette décision pour la Ville de Shawinigan.

En principe, la première phase du Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées impose certaines contraintes aux bénéficiaires d'une aide financière, dont la fin des travaux pour le 31 mars 2018. 

Dans le passé, le gouvernement fédéral a déjà entendu l'appel des municipalités. À Shawinigan, citons simplement l'exemple de la réfection du boulevard des Hêtres, dont l'échéance de décembre 2010 avait été repoussée in extremis.

Cette fois encore, M. Giguère détecte qu'Ottawa détient la clé de cette demande.

«C'est excessivement important pour les résidents», explique-t-il. «Ça ne changerait pas les coûts, mais les contraintes durant l'été. Si le gouvernement fédéral ne veut pas jouer sur la date, on est mal pris. À date, ils n'ont pas l'air tellement chauds à cette idée. Le changement devrait être pancanadien, pas seulement pour un projet, selon ce qu'ils nous disent.»

Si rien ne change, M. Giguère s'attend à ce que les activités se déroulent simultanément sur deux chantiers pour respecter l'échéance du 31 mars 2018.

«Ça partirait de chaque côté du lac», fait-il remarquer. «Il semble qu'on ne pourrait pas travailler rapidement avec une seule équipe sur un côté. La demande est faite et on attend une réponse.»

Pour le reste, le député de Saint-Maurice était soulagé de constater l'approbation du règlement d'emprunt de 40,8 millions $ par les personnes habiles à voter, lundi.

«On ne sait jamais dans quelle direction ça peut aller», fait-il remarquer. «Certains citoyens voulaient faire de la petite politique avec ça. Mais je savais que la majorité d'entre eux veulent tellement avoir ce projet depuis plusieurs années.»

«Samedi soir, j'étais à la Pizzeria du lac et j'ai été interpellé par des gens qui étaient contents et qui m'ont félicité pour le travail qui a été fait», ajoute-t-il. «Sur le terrain, le son de cloche était bon. C'est réglé et je suis content.»

M. Giguère raconte avoir été alerté par un citoyen au sujet des coûts d'asphaltage. 

Rappelons que contrairement à l'engagement public formulé par la Ville de Shawinigan en mars 2016, ces coûts seront finalement entièrement absorbés par le FEPTEU et la taxe de secteur.

Le député de Saint-Maurice n'a pas voulu s'étendre sur la décision du conseil municipal sur cet élément du dossier.

«Ils ont des politiques à l'interne et c'est à la Municipalité de décider comment elles sont appliquées», déclare-t-il. 

«Pour les citoyens, c'est à eux de voir si 20 $ par année, c'est trop ou pas. Mais ils l'ont accepté lundi.»




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer